Retour

Amoureux d'Alexandre Bissonnette, il menace les musulmans

L'homme de 55 ans a expliqué au juge avoir proféré des menaces de mort à l'endroit de la communauté musulmane parce qu'il était amoureux d'Alexandre Bissonnette, l'auteur de la tuerie à la grande mosquée de Québec.

Un texte de Yannick Bergeron

Antonio Dion a plaidé coupable cet après-midi, en indiquant qu'il voulait exprimer tout simplement « que je l'aimais plus qu'un ami ».

Le quinquagénaire qui a assisté assidûment aux représentations sur la peine de Bissonnette a été arrêté dans la salle d'audience, le mercredi 25 avril.

Cette journée-là, à son arrivée au palais de justice, il avait dit à un constable, en fixant son arme de service : « si je me trouve une arme, je vais faire exactement comme Alexandre, parce que j'aime Alexandre ».

Dans les jours précédents, il avait demandé à ce même constable de pouvoir rencontrer le meurtrier dans sa cellule.

Antonio Dion avait fait la connaissance de Bissonnette lors d'un de ses nombreux séjours en détention.

Antécédents judiciaires

L'homme qui se déplace en marchette cumule une feuille de route « impressionnante » aux dires même du juge qui a entendu la cause.

Il a multiplié des condamnations pour des fraudes, des vols et d'autres crimes de cette nature. Il était d'ailleurs en probation au moment où il a proféré sa menace à l'endroit du constable spécial.

Par contre, Dion n'a jamais été condamné pour des crimes contre la personne. « Je ne voulais pas faire de mal », a-t-il d'ailleurs spécifié.

« C'est sorti comme un coup de vent », a exprimé l'homme volubile au sujet de ses paroles qui l'ont mené en prison.

Demande spéciale

Avant de reprendre le chemin des cellules, à sa demande, son avocate a demandé au juge de lever l'interdiction qui l'empêche de communiquer à l'intérieur des murs avec son coup de foudre.

Le juge a refusé sa requête.

Antonio Dion reviendra devant le tribunal à la fin du mois de mai pour la détermination de sa peine.

Plus d'articles