Retour

Anacolor fera connaître les résultats de ses prélèvements

L'entreprise de peinture industrielle Anacolor, qui est au coeur d'une controverse avec ses voisins dans le secteur de Cap-Rouge, sort de son mutisme et s'engage à plus de transparence en ce qui a trait aux émissions provenant de son usine.

Dans un communiqué publié jeudi après-midi, la direction affirme qu'elle dévoilera deux fois par jour les résultats des prélèvements de ses stations d’échantillonnage réparties sur 10 différents sites.

Anacolor maintient que ces données, depuis 2015, respectent amplement les normes en matière d'environnement et qu'elle a réduit son taux d'émission de 47 %.

« Je peux vous assurer que tout est conforme au niveau des émissions », affirme le vice-président d’Anacolor, Richard Leblanc.

Regardez, les faits sont là. On veut ramener ça au niveau des faits, puis des chiffres!

Richard Leblanc, vice-président d'Anacolor

Forte odeur

M. Leblanc ajoute que les composés organiques volatils dégagés par l’entreprise ne comportent pas de risque pour la santé, mais reconnaît que l’odeur peut parfois s’avérer forte dans les environs de l’usine.

Une station de prélèvement permanente sera par ailleurs installée sur le site de l’école primaire Marguerite D’Youville et du CPE Polichinelle afin que les parents inquiets puissent « disposer de l’information en temps réel et constater que ce milieu ne présente aucun danger pour les enfants ».

De leur côté, les représentants du regroupement des citoyens sur la qualité de l'air de Cap-Rouge sont loin d’être convaincus de l’innocuité des émissions.

Le comité souligne qu’Anacolor ne respecte pas son certificat d’autorisation et affirme que les inquiétudes des résidents sont légitimes.

D’autres sanctions contre Anacolor?

De son côté, le ministre de l'Environnement, David Heurtel, a laissé entendre jeudi matin qu'il n'excluait pas la possibilité de sévir de nouveau contre l'usine de peinture qui conteste devant les tribunaux les exigences imposées par le ministère en matière de réduction d'émissions polluantes.

D’autres sanctions pourraient prises contre Anacolor d’ici le 20 mars, date à laquelle la contestation sera entendue devant le tribunal administratif du Québec.

« Là, on est devant les tribunaux sur la validité du certificat d’autorisation. Je vous rappelle qu’en vertu de la loi, il y a déjà eu sept avis de non-conformité, il y a déjà eu une sanction de 10 000 $ qui a été imposée à Anacolor et on va continuer à appliquer la loi. S’il y a d’autres sanctions à appliquer, on va les appliquer », affirme le ministre.

Anacolor s’oppose au certificat d’autorisation émis en septembre dernier par le ministère de l’Environnement l’obligeant à réduire ses émissions de 90  % au plus tard le 1er février 2017.

David Heurtel affirme que le ministère met tout en oeuvre pour faire respecter les normes. Une rencontre aura lieu vendredi entre le ministre et le maire de Québec, Régis Labeaume, afin de faire le point dans le dossier et « pour qu’on voit ce qu’on peut faire ensemble pour la suite », dit le ministre.

Demande d'injonction

De son côté, le député caquiste de La Peltrie, Éric Caire, croit que le gouvernement devrait contraindre par une injonction Anacolor à diminuer ses émissions polluantes. Éric Caire estime qu’il s’agit de la meilleure façon de régler le litige.

« Ce qu’on veut, c’est que ce citoyen-là se comporte comme un bon citoyen corporatif qu’il arrête de polluer l’existence de ses voisins et c’est ça qu’on lui demande. Si le ministre déposait l’injonction qu’on lui demande de déposer, on pourrait mettre de la pression sur l’entreprise. »

Selon lui, le gouvernement pourrait même avoir recours au Fonds vert pour aider l'entreprise à respecter les normes environnementales.

Le député de La Peltrie n’est par ailleurs pas en faveur d’un boycott d’Anacolor par des entreprises qui font affaire avec elle. Il fait valoir que la mesure risquerait davantage d'avoir des impacts négatifs sur la survie de l'usine de peinture industrielle.

Éric Caire salue de plus l'offre de la Ville de Québec de racheter les terrains d'Anacolor pour lui permettre de déménager dans une zone industrielle.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les plus beaux hôtels écologiques du monde