Retour

Ancienne boucherie Bégin : 655 signataires réclament une expropriation

Une pétition de 655 signatures réclamant l'expropriation du propriétaire de l'ancienne boucherie W.E. Bégin a été déposée, lundi soir, au conseil d'arrondissement La-Cité-Limoilou.

Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, instigateur de la pétition, se dit de plus en plus « perplexe » sur la volonté politique de la Ville de régler le dossier de l'édifice laissé à l'abandon depuis cinq ans.

« Depuis deux ans, on nous dit : "oui, on a un projet en cours, ne vous inquiétez pas." Le maire nous a répété ça avec le projet de loi 122 en nous disant qu'il aurait le pouvoir d'expropriation. Mais on sait que le pouvoir n'a pas été aussi musclé que prévu », déplore Vincent Baillargeon du Comité populaire Saint-Jean-Baptiste.

II soutient tout de même que la Ville a le pouvoir d'agir actuellement puisque l'édifice est inoccupé à l'heure actuelle.

« Maintenant, s'il y a un risque pour la santé et la sécurité, la Ville peut faire la preuve qu'il existe et demander l'expropriation. Donc, nous on invite la Ville a utiliser ce pouvoir-là », renchérit Vincent Baillargeon.

Des résidents se plaignent de l'état de délabrement avancé du bâtiment de la rue Saint-Jean. La présence de vermine et d'odeurs nauséabondes a maintes fois été dénoncée.

En avril, le maire Régis Labeaume a confirmé qu'un « nouveau projet » était sur la table pour reconvertir l'édifice de l'ancienne boucherie W.E. Bégin, sans toutefois préciser lequel. Ce « projet » nécessiterait un changement de zonage, selon les dires de la Ville au printemps.

La Ville à l'écoute

La Ville de Québec assure faire tout ce qui est en son pouvoir pour dénouer l'impasse.

La conseillère et présidente de l'arrondissement La Cité-Limoilou, Suzanne Verreault, affirme que l'adoption d'un projet de loi omnibus à l'automne prévoyant plus de pouvoirs d'expropriation pour les villes demeure la solution espérée.

« Si le bâtiment est encore debout, c'est que la Ville ne peut pas faire plus que ce qu'on a fait déjà en émettant des avis d'infraction et en obligeant le propriétaire à poser certains gestes », explique-t-elle.

Suzanne Verreault mentionne que l'administration municipale aussi s'impatiente. « Nous aussi on a très hâte de pouvoir voir autre chose que la boucherie Bégin. Ce n'est pas quelque chose qu'on veut garder dans le paysage. On comprend très bien les citoyens. »

Des logements sociaux

Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste réclame la construction de logements sociaux à la place de l'ancienne boucherie.

« Il y a actuellement 1865 personnes dans le quartier qui ont un besoin impérieux de logements sociaux. Ils consacrent plus de 30% de leur revenu en loyer », ajoute Vincent Baillargeron.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine