Retour

Animal mort dans une salade : Normandin s'entend avec la plaignante

La cliente d'un Normandin de Québec qui a découvert une carcasse d'animal dans sa salade s'est entendue à l'amiable avec la chaîne de restaurants.

Un texte de Louis Gagné

L’avocate de Pierrette Caouette a confirmé la nouvelle à Radio-Canada lundi. Me Martina Bakula n’a toutefois pas précisé le montant de l’entente, se limitant à dire qu’elle était à la « satisfaction des deux parties ».

Le 23 avril 2016, Mme Caouette, une habitante de Terrebonne, avait découvert une masse brune d'une dizaine de centimètres dans sa salade. L’incident s’était produit au restaurant Normandin situé sur la rue Bouvier, à Québec.

Une analyse du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) avait permis d’établir qu’il s’agissait d’une carcasse animale détériorée. Les tests avaient également révélé une contamination fécale du plat par un taux élevé de bactérie E. coli.

Graves répercussions

Pierrette Caouette avait dû être transportée à l’hôpital pour un traitement d’urgence à la suite de sa mésaventure. Elle avait été contrainte de se faire vacciner contre le tétanos à quatre reprises.

La dame de 55 ans avait récemment intenté une poursuite de près de 200 000 $ contre la maison mère de Normandin.

Son avocate alléguait que l’incident avait eu de graves répercussions sur la santé émotionnelle et psychologique de sa cliente.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine