Retour

Année record pour le Festival de cinéma de la ville de Québec

En six années d'existence, jamais le Festival de cinéma de la ville de Québec (FCVQ) n'a autant attiré le public que cette année. À elle seule, l'édition qui se termine a permis de vendre plus de billets que quelques éditions antérieures combinées. Après 11 jours de projections, la direction du FCVQ avoue qu'elle ne s'attendait pas à une telle popularité.

« Il y a quelque chose qui s'est passé à Québec cette année », lance le directeur général et artistique du FCVQ, Ian Gailer. Les revenus de billetterie ont augmenté de 300 % en 3 ans et le nombre de premières présentées à Québec a triplé.

Au-delà des chiffres, l'élément que Ian Gailer retient est que les gens de Québec semblent vraiment s'être approprié le FCVQ. « Quand on voit la mobilisation per capita, je pense qu'on n'a rien à envier à personne. »

Ian Gailer note aussi et que les festivaliers ont cherché à découvrir le cinéma qui se fait dans la capitale nationale.

« Un festival, quand les gens de la communauté ne s'y investissent pas, particulièrement les festivals en culture, c'est très difficile. De voir que les gens viennent célébrer leurs créateurs et témoignent qu'il se fait de super bonnes choses à Québec, c'est bon pour l'ego du Festival et l'estime d'une ville », dit-il.

Même si le Capitole ne sera plus disponible l'an prochain en raison de la construction du Diamant de Robert Lepage, Ian Gailer espère que le 7e FCVQ sera encore plus couru.

Il souhaite que l'événement continue de tourner autour de la place d'Youville, notamment avec le Palais Montcalm. Il veut que le FCVQ se déroule toujours dans un rayon d'un kilomètre, question que les festivaliers puissent se déplacer à pied et profiter pleinement du centre-ville.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine