Retour

Apiculture urbaine : du miel en plein coeur du quartier Saint-Roch

La Ville de Québec se lance dans l'apiculture urbaine : deux ruches sont désormais installées sur le toit de l'édifice F.X.-Drolet, en plein coeur du quartier Saint-Roch. Quatre autres bâtiments municipaux pourraient également récolter du miel dès l'an prochain.

Cet été, des milliers d’abeilles butineront les fleurs de Saint-Roch et déposeront leur nectar sur le toit de l'édifice de la compagnie F.X.-Drolet sur la rue du Pont. La Ville s’attend à une récolte d’environ 10 à 15 kilogrammes de miel par ruche, à l’automne.

Le projet pilote annoncé lundi matin n’est qu’un début, selon la Ville. Si tout se passe bien, la Caserne 13 de l’arrondissement des Rivières, l’édifice Denis-Giguère à Loretteville, le Centre de loisirs Monseigneur-De Laval à Beauport ainsi que la bibliothèque de Charlesbourg accueilleront aussi des ruches en 2018.

Alvéole, une entreprise sociale spécialisée en apiculture urbaine, est chargée du projet et de l’entretien du site. Antoine Dolbec, directeur Québec de l'entreprise Alévole, a parlé de l’importance des abeilles dans notre quotidien.

Pourquoi l’apiculture urbaine?

L’apiculture urbaine vise notamment à protéger les abeilles qui connaissent un déclin important partout dans le monde. Leur taux de survie est nettement supérieur en ville, selon Alvéole. Le taux de mortalité d’une abeille est de 10 % à Québec, 20 % à Montréal et 40 % en milieu agricole, en raison des pesticides.

Le maire Labeaume souhaite d’ailleurs sensibiliser la population au caractère indispensable des abeilles pour l’environnement.

Se réapproprier l’agriculture en ville

La réappropriation de l’agriculture par les citoyens, en ville, passe par des projets comme celui-là, affirme Julie Lemieux, vice-présidente du comité exécutif responsable de la culture, du patrimoine et l’aménagement du territoire.

« On encourage la production de produits locaux dans une perspective d’alimentation de proximité saine et durable aux bénéfices de la qualité de vie des citoyens, explique-t-elle. Les abeilles permettent en effet une mise en valeur écologique de nos espaces verts. Par leur travail de pollinisation, elles assurent la production des fruits et des légumes que nous consommons. »

Le miel aura une saveur unique propre à tout le quartier Saint-Roch puisque les abeilles peuvent parcourir jusqu’à cinq kilomètres pour butiner, selon Alvéole.

Une partie du miel récolté sera offert aux visiteurs protocolaires de la Ville tandis qu’une autre partie sera distribuée au Club des petits déjeuners de Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine