Retour

Appel d'offres truqué : le procès s'ouvre à Québec

Le procès de trois fonctionnaires et de quatre représentants de firmes informatiques accusés d'avoir truqué un appel d'offres s'est ouvert mercredi matin au palais de justice de Québec.

Un texte de Yannick Bergeron

Arrêtés par l'Unité permanente anticorruption (UPAC) en mars 2015, les accusés auraient comploté afin d'obtenir un contrat de 14 millions de dollars du gouvernement pour développer une nouvelle plateforme informatique à l'Agence du revenu du Québec.

Selon le procureur de la poursuite, les fonctionnaires auraient donné une longueur d'avance à un consortium formé par les entreprises informatiques EBR et IBM pour l'obtention du contrat.

Avant de présenter un premier témoin, la poursuite a déposé 220 documents en preuve. Il s'agit surtout de courriels échangés entre les coaccusés, mais également de factures d'agences de voyages et de restaurants.

Photo de Jean Charest

Une photo montrant l'ex-premier ministre Jean Charest avec deux des accusés a également été présentée à la cour.

Le procureur de la poursuite, Me Mathieu Longpré, a tenu à préciser qu'elle ne servait qu'à démontrer la personnalité de Mohamed El Khayat.

Les autres accusés sont Jean-François Robidas, qui était cadre chez EBR, et trois ex-employés d’IBM Canada : Patrick Fortin, Gilles Gariépy et Daniel Létourneau.

Les fonctionnaires au banc des accusés sont Abdelaziz Younsi, du ministère de la Sécurité publique, ainsi que Jamal El Khaiat et Hamid Iatmanene, de Revenu Québec.

Ce dernier a obtenu le report de son procès en raison de l'absence de son avocat qui souffre de problèmes de santé.

Plus d'articles