Retour

Application pour contrer Uber : Paxi en mode séduction

L'entreprise québécoise Paxi Technologies a présenté cet après-midi à l'Assemblée nationale son application qu'elle décrit comme véritable solution pour sortir l'industrie du taxi de la crise actuelle avec la concurrence d'Uber.

D'après les informations d'Alexandre Duval

L'entreprise cherche l'appui du gouvernement du Québec pour ce projet qu'elle met de l'avant dans le cadre des consultations publiques sur le transport rémunéré des personnes par automobile.

« Ce dont on a besoin actuellement, c'est de l'aide du gouvernement pour faire la promotion de l'application. C'est de dire qu'il y a des applications légales au Québec, c'est celle-là qu'on doit utiliser », dit le directeur général de Paxi, Mario Sabourin.

À l'instar d'Uber, l'application Paxi permettrait aux clients de repérer par géolocalisation le taxi le plus près, puis de payer les chauffeurs avec un téléphone intelligent.

L'outil serait par ailleurs fonctionnel partout au Québec, contrairement aux autres applications québécoises déjà utilisées par des coopératives de taxis, et pourrait donc se marier aux services de répartition des coopératives.

Mario Sabourin croit que le dossier pourrait être réglé une fois pour toutes.

« Actuellement, tout le monde travaille en silos. Il y a des endroits qui ont de bonnes applications, ça fonctionne, mais ils sont tout seuls dans leur coin. Ce qu'on dit, c'est : "est-ce qu'il y a moyen qu'on harmonise tout ça ensemble pour aller de l'avant pour qu'on règle le dossier du transport au niveau du taxi?" »

L'entreprise Paxi fait valoir qu'elle opérerait dans le cadre actuel de la loi, avec des chauffeurs de taxi détenteur de permis payant leurs impôts.

Paxi devra convaincre les chauffeurs et les coopératives de taxi d'épouser son projet.

L'entreprise prévoit que les chauffeurs lui verseront 10 % de la valeur de chaque course, mais évoque la possibilité de récupérer une partie de cette somme pour mettre sur pied un fonds pour assurer l'avenir de l'industrie du taxi au Québec.

L'application pourrait servir à plusieurs entreprises de taxi, ce qui représente un avantage pour le président de Taxi Lévis.

« La force des applications qui fonctionnent, c'est la couverture régionale ou internationale. Les clients n'ont pas besoin d'avoir 10, 20 ou 30 applications dans leur téléphone dépendamment de l'endroit où ils vont aller. Ils veulent avoir une seule application », souligne Hicham Berouel.

Paxi Technologies devait lancer son application en décembre, mais la crise de l'industrie du taxi l'a incitée à revoir ses plans.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine