Retour

Approvisionnement en eau potable : plan B dans le lac Jacques-Cartier

La Ville de Québec envisage d'aménager une prise d'eau dans le lac Jacques-Cartier, dans la réserve faunique des Laurentides. Le maire Régis Labeaume croit qu'il faut avoir une solution de rechange en cas de catastrophe.

Le maire de Québec souligne qu'il s'agit d'une question de responsabilité.

« Avec les problèmes qu'on connaît au lac Saint-Charles, en toute responsabilité, il faut évaluer combien ça nous coûterait et comment on pourrait le faire [...] Ça ne veut pas dire qu'on s'en va là, mais s'il arrivait quelque chose de très, très grave, on doit savoir comment on peut s'y prendre pour se rendre là-bas. »

Le maire précise que la Ville n'entend pas déplacer de façon permanente la prise d'eau dans le lac Jacques-Cartier. Elle songe surtout à parer à des problèmes temporaires. Le maire évoque par exemple la situation vécue à Lévis qui avait dû faire face à la contamination de la rivière Chaudière après les événements de lac Mégantic.

Régis Labeaume dit avoir bon espoir que les mesures imposées dans le bassin versant du lac Saint-Charles permettront de protéger de façon durable la principale prise d'eau potable de la ville de Québec.

« Notre hypothèse, c'est que le lac Saint-Charles a des problèmes, mais avec les solutions rigoureuses qu'on a là, on ne fait pas ça pour rien, on fait ça pour régler, mais dans ces matières-là, on ne peut pas ne pas avoir de plan B. »

Les coûts d'un approvisionnement en eau potable dans le lac Jacques-Cartier seront évalués par des chercheurs mandatés par la Ville.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?