Retour

Attentat de Québec : Labeaume salue la « pertinence » du discours de Justin Trudeau

Maintenant que le rideau est tombé sur les commémorations de l'attentat à la grande mosquée de Québec, le deuil peut vraiment s'amorcer, croit Régis Labeaume. Le maire de Québec a tenu à saluer la « pertinence » des discours prononcés lors des cérémonies de lundi soir, dont celui du premier ministre Justin Trudeau.

« Je pense vraiment que c'est à partir de maintenant [que le deuil commence], parce que l'année qui suivait, la communauté était mal en point », a affirmé le maire de Québec, en marge d'un point de presse mardi matin en matière de transport collectif.

« On peut commencer à mettre ça derrière nous, mais il faut toujours s'en souvenir, c'est important. Je pense que nos enfants n'ont pas la même perspective que nous sur la diversité, ils sont beaucoup plus avancés que leurs parents », a-t-il ajouté.

Trudeau a parlé avec son coeur

Régis Labeaume a particulièrement apprécié la prise de parole du premier ministre du Canada, Justin Trudeau.

« J'ai trouvé Justin courageux. Il a parlé avec son coeur, parce qu'il n'avait pas de texte. D'ailleurs, ça m'a surpris, il s'est laissé aller. Il a dit ce qu'il pensait du fond du coeur. »

Justin Trudeau a évoqué le groupe identitaire La Meute dans son discours, lundi soir.

« C’est facile de condamner le racisme, l’intolérance et les discriminations contre la communauté musulmane. On sait c’est qui. C’est les racistes, c’est l’autre, c’est les nonos qui se promènent avec une patte de chien sur le t-shirt », a-t-il déclaré.

Le maire Labeaume semble avoir apprécié l'allusion.

Le groupe La Meute a pour sa part réagi sur sa page Facebook, mardi, en dénonçant les propos du premier ministre.

« Un nono, c'est quelqu'un qui voit une patte de chien au lieu de voir l'emblème du Québec surmontée [sic] de ses valeurs de démocratie, de làïcité [sic] et d'égalité », a écrit Sylvain Brouillette, membre du groupe.

Compassion pour les parents du présumé tueur

Par ailleurs, le maire Labeaume a aussi tenu à s'adresser personnellement aux parents d'Alexandre Bissonnette, le présumé responsable de la fusillade.

Alexandre Bissonnette est accusé de 6 meurtres et de 5 tentatives de meurtre relativement à l'attentat survenu le 29 janvier dernier au Centre culturel islamique de Québec.

Plus d'articles