Retour

Attentat terroriste à Québec : Alexandre Bissonnette accusé

Alexandre Bissonnette, un homme de 27 ans, principal suspect de l'attentat terroriste qui a coûté la vie à six hommes, dimanche soir, au Centre culturel islamique de Québec, fait face à 11 chefs d'accusation, dont 6 de meurtre prémédité. Il est aussi accusé d'avoir tenté de causer la mort en utilisant une arme à feu à autorisation restreinte.

Le jeune homme a brièvement comparu en fin d'après-midi au palais de justice de Québec. Il regardait par terre durant le dépôt des accusations.

Le porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Me Thomas Jacques, souligne que les accusations ont été portées en fonction de la preuve recueillie jusqu'à maintenant.

« Les accusations portées à l’heure actuelle sont conformes à la preuve recueillie, mais vous comprendrez que les événements se sont produits de façon toute récente, l’enquête se poursuit à l’heure actuelle ».

Selon la Gendarmerie royale du Canada, d’autres chefs d’accusation liées au terrorisme et à la sécurité nationale pourraient être déposés à la suite de l’enquête en cours.

L'accusé sera de retour en Cour le 21 février pour la divulgation de la preuve.

Alexandre Bissonnette est originaire du secteur de Cap-Rouge à Québec. Il n’a pas d’antécédents judiciaires. Le jeune homme était étudiant à la Faculté des sciences sociales à l’Université Laval. Il avait auparavent fréquenté le cégep Garneau et a déjà été membre des cadets.

Le suspect occupait également un emploi chez Héma-Québec, qui s'est dite consternée d'apprendre qu'il pouvait avoir quelque chose à voir dans les événements survenus dimanche soir.

« Comme organisation dont la mission première est consacrée au don de vie, ces événements provoquent une onde de choc au sein des membres de l’organisation », a réagi Héma-Québec par voie de communiqué.

Un jeune homme « tranquille »

Des voisins des parents du suspect, dans le secteur de Cap-Rouge, affirment qu'Alexandre Bissonnette partageait depuis peu un appartement qu'il louait avec son frère jumeau. Selon l’acte d’accusation, Alexandre Bissonnette habite un appartement de la rue de la Verdure, à 1 km du Centre culturel islamique.

Une voisine des parents du jeune homme à Cap-Rouge décrit Alexandre Bissonnette comme une personne très tranquille.

« C’est un enfant, il n’y a pas plus tranquille que ça, qui fait rien, toujours à son affaire. On n’a jamais entendu parler de quoi que ce soit, je l’ai vu mercredi passé, il arrivait chez ses parents, je pense qu’il y allait souvent », commente la dame qui souhaite garder l’anonymat.

Un autre voisin, Réjean Bussière, qualifie le jeune homme de plutôt introverti. « C’est un jeune qui est renfermé énormément. […] C’était pas des gens [les deux frères] dérangeants, mais c’était pas des gens sociables », dit-il.

Alexandre Bissonnette entretiendrait des idées politiques de droite. Sur sa page Facebook, qui a été retirée depuis ce midi, il avait notamment mis un lien vers le site de Marine Le Pen, la chef française du Front national.

L'enquête se poursuit sur cet attentat terroriste qui a fait six morts et cinq blessés graves au Centre culturel islamique de Québec dimanche soir. Une perquisition a notamment eu lieu au domicile familial des parents du suspect, rue du Tracel, à Cap-Rouge, de même que dans une résidence du chemin des Quatre-Bourgeois.

Alexandre Bissonnette a été arrêté un peu après 20 h dimanche soir, à une vingtaine de kilomètres de la mosquée de Québec. Il avait lui-même contacté les policiers.

Mamadou Tanou Barry, âgé de 42 ans, Abdelkrim Hassane, âgé de 41 ans, Khaled Belkacemi, âgé de 60 ans, Aboubaker Thabti, âgé de 44 ans, Azzeddine Soufiane, âgé de 57 ans et Ibrahima Barry, âgé de 39 ans ont perdu la vie dans la fusillade.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine