Retour

Attentats de Paris : des centaines de personnes rassemblées à Québec

Des centaines de personnes se sont déplacées cet après-midi au Consulat général de France à Québec pour un rassemblement de solidarité avec les victimes des attentats de Paris.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, était sur place, de même que le chef de l'opposition Pierre-Karl Péladeau. Les maires de Québec et de Montréal, Régis Labeaume et Denis Coderre et le Consul général de France, Nicolas Chibaeff, ont également pris la parole.

« Nous devons réagir fortement, et nous le ferons, toutes ces démocraties unies contre cet acte de barbarie et de lâcheté inqualifiable. Mais surtout, ne permettons pas à ces barbares de remporter la moindre victoire contre nos sociétés, par exemple en tournant le dos à ces milliers de personnes, les premières victimes de la terreur qui viennent chercher chez nous la paix, la tranquillité et la sécurité » a déclaré le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, rappelant son engagement envers les réfugiés. 

Une minute de silence a été observée. La Marseillaise, l'hymne national de la France, a également été entamée à l'unisson par la foule, qui a été invitée à signer un registre de condoléances.

Dans une entrevue plus tôt samedi, le Consul général de France à Québec, Nicolas Chibaeff s'est dit atterré de la violence des attentats de Paris hier. « L'horreur n'a pas de limites », explique-t-il, avant d'ajouter : « Comment est-ce que l'on peut, quel que soit le conditionnement, se livrer à un massacre aussi sauvage et indiscriminé qui vise à semer l'effroi, et à terroriser au sens propre une population? »

Alice Bébin, une ressortissante française, a tenu à livrer un message de paix : « ll est hors de question qu'on laisse les terroristes gagner. On est plus fort qu'eux, parce qu'on a que de l'amour et qu'eux n'ont que de la haine. Donc forcément on est plus fort qu'eux », a plaidé la jeune femme, les yeux remplis de larmes.

Sa compatriote Victoire Calvez abonde dans le même sens, et ajoute « Pour moi, ce soir, les gens devraient faire la fête, se réunir entre amis, pour leur dire : non, non, vous n'arriverez pas à nous faire arrêter de vivre. »

Appel à l'humanisme

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a tenu également à mettre en garde contre les associations trop hâtives. 

« Collatéralement, les victimes de ce qui s'est passé hier, ce sont ces centaines de milliers de personnes qui souffrent quelque part dans des camps de réfugiés. C'est à nous au Québec de décider si malgré ces circonstances-là nous maintenons nos convictions d'humanistes. Les miennes sont encore plus fortes aujourd'hui » a ajouté le premier magistrat de Québec, en faisant référence à l'accueil de réfugiés syriens dans la capitale.

Plus tôt en journée samedi, le bureau du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a confirmé son intention de mettre fin aux frappes aériennes menées par des CF-18 canadiens en Irak et en Syrie, et ce malgré les attaques qui ont secoué la capitale française.

Plus d'articles

Commentaires