Retour

Avocat coupable de voies pour une « arrestation citoyenne » musclée

L'ex-avocat de Québec Bernard Corbeil, qui a ligoté une voisine qu'il accusait de lui voler sa nourriture pour chat, a été déclaré coupable de voies de fait pour une deuxième fois.

Un texte de Yannick Bergeron

La Cour d'appel lu avait permis de subir un nouveau procès, mais un juge en est venu à la même conclusion.

En 2013, excédé de voir la dame enlever sa nourriture pour chat sur son balcon, Corbeil l'avait maitrisée dans ce qu'il a qualifié « d'arrestation citoyenne ».

Dans une opération soigneusement planifiée et filmée, Bernard Corbeil s'était jeté sur la femme pour lui couvrir la tête d'une serviette avant de la plaquer au sol. Il l'avait par la suite ligotée avec des attaches de plastique en attendant l'arrivée des policiers.

La femme soutenait que la nourriture laissée sur le balcon de Corbeil rendait ses propres chats malades.

Caractère excessif

Le juge Hubert Couture a conclu que Corbeil avait utilisé une force excessive et non nécessaire face à la menace que représentait sa voisine. Il a noté le caractère excessif de l'accusé.

Le juge entendra les observations sur la peine à la fin du mois de juin.

Bernard Corbeil, qui n'est plus avocat, s'est défendu seul durant tout le processus judiciaire. Il avait bénéficié d'une absolution inconditionnelle au terme du premier procès et il entend demander la même chose.

De son côté, l'avocat de la poursuite a annoncé qu'il demandera une amende en plus de l'imposition d'une probation.

D'ici là, Bernard Corbeil et la victime ont rendez-vous à la cour civile. S'estimant lésé par la plainte déposée par sa voisine et ses répercussions, l'ex-avocat lui réclame 25 000 $.

Plus d'articles