L'inclassable Beck a fait danser les festivaliers mercredi soir avec un spectacle à son image, ecclectique.

Un texte d'Anne-Josée Cameron

C’est devant une foule déjà conquise que l’étonnant Beck a entonné les premières paroles de Devils Haircut. Il a ensuite enchaîné immédiatement son grand succès de 1994, le hit qui l’a fait connaître Loser. Ravis, les festivaliers se sont mis à chanter et n’ont jamais arrêté.

Beck n’a pas hésité à parler à la foule et même leur propose de choisir certaines chansons, comme Blue Moon qui sera interprétée après consultation.

L’artiste a évolué tout au long de la soirée dans un superbe environnement visuel qui rappelait d’ailleurs certains de ses vidéoclips les plus connus.

Une sélection très variée

De Mellow Gold à Colours paru l'an dernier, en passant par Odelay, Midnite Vultures et Sea Change, le grand blond a offert au public des extraits de ses disques alternant avec succès les textures musicales que ce soit les accents folk blues de The New Pollution ou encore la pop alternative de Wow.

Chose certaine, bien que venant d’albums très différents les uns des autres, toutes les chansons jouées ce soir (Wow, Girl, Colors) ont ce petit quelque chose d’accrocheur qui donne envie de bouger .

Maintenant, on s’amuse!

Rapidement exécuté, à peine 75 minutes, le tour de chant de l’artiste californien s’est heureusement prolongé de 15 minutes quand celui-ci a décidé de s’amuser.

Il a pris le temps de présenter ses musiciens, chacun y allant d’un petit numéro. Il a ensuite enchaîné avec la pièce One foot in the grave qui a donné lieu à un endiablé solo d’harmonica de et enfin, il a conclu avec une pièce aux accents hip-hop, Where It’s at.

Cet excellent concert aurait franchement gagné à finir moins rapidement et moins abruptement. Cependant, comme Beck se produisait à Québec pour la première fois, qui sait, il a peut-être tout simplement souhaité se faire désirer.

Phoenix, une belle performance

Phoenix, le seul groupe français à s’être produit au Madison Square Garden devant 20 000 personnes, est venu réchauffer la foule avec sa musique rock aux influences électro-pop.

Ils ont notamment offert au public leurs chansons J-Boy, en passant par Entertainement et 1901.

La mise en scène colorée et lumineuse soulignait de belle manière l’énergie de leur dernier album Ti Amo dont est issue la tournée. Rappelons que ce dernier album avait été composé comme un antidote aux événements survenus au Bataclan en 2015.

C'est la formation Girls in Hawaï qui a lancé la soirée, une formation de pop belge aux influences de Radiohead et Depeche Mode.

Demain soir, place aux dames sur les Plaines avec Milk & Bone, Cindy Lauper et Lorde.

Avec la collaboration d'Anne-Josée Cameron et Claudia Genel

Plus d'articles

Vidéo du jour


Trop mignons ces animaux qui font dodo





Rabais de la semaine