Retour

Bientôt un plan d’évacuation à la mosquée de Québec

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) va aider le Centre culturel islamique (CCIQ) à se doter d'un plan d'évacuation d'urgence afin d'assurer la sécurité des fidèles qui fréquentent le lieu de culte et parer à toute éventualité.

Le corps policier proposera sous peu un plan d’action aux responsables de la mosquée. Les membres du conseil d’administration du CCIQ, certains leaders de la communauté musulmane et les responsables de la sécurité recevront une formation sur les mesures à prendre en cas d’urgence. L’information sera ensuite transmise aux personnes qui fréquentent l’établissement.

« Ce qu’on souhaite, c'est de faire des séances d'entraînement pour que les gens sachent quoi faire en cas de panique, explique le président du CCIQ, Mohamed Labidi. On veut développer de bons réflexes : se diriger vers les portes de secours, tirer les sonnettes d'alarme, avoir ça [à l’esprit] même en cas de panique. »

Protocole demandé

Au lendemain de la tuerie qui a fait six victimes le 29 janvier dernier, M. Labidi avait réclamé un plan d’action pour aider les fidèles à bien réagir en cas d’urgence.

« Pendant l’attaque, on avait une porte de secours, ça aurait pu sauver beaucoup de vies, mais vu la panique les gens, ils n’ont pas vu la porte de secours. Il faut faire un protocole et s’entraîner sur ce protocole », avait dit le président du Centre culturel islamique de Québec.

Un avis que partage Mohamed Hamadouche, qui fréquente le lieu de culte. « Il y a avait une porte de secours, mais on n'était pas conscient de ça. En plus, avec la panique, les gens n'étaient pas dans cet état d'esprit », explique-t-il.

Prise de conscience

M. Hamadouche ajoute que les événements du 29 janvier ont mené à une prise de conscience au sein de la communauté. Il se dit rassuré par les mesures de sécurité qui ont été mises en place ou qui le seront au cours des prochains mois.

« Avant [l’attentat], on n'était pas dans cet esprit, disons de peur ou de crainte. C'est sûr qu'il y avait des événements. Mais on se disait que c'étaient des événements isolés, mais c'est sûr qu'après le 29 janvier, avec les mesures, je pense que de plus en plus, on avance. »

Avec les informations de Cathy Senay

Plus d'articles

Commentaires