Retour

Brève comparution d'Alexandre Bissonnette chargée d'émotion

L'auteur présumé de l'attaque à la grande mosquée de Québec, Alexandre Bissonnette, a comparu brièvement mardi, au palais de justice de Québec, devant une soixantaine de personnes, dont des membres de la communauté musulmane encore très ébranlés qui tenaient à être présents.

« On représente une communauté, c’est nos frères [les six hommes décédés dans l'attentat], être là, c’est un devoir », dit Mohamed Labidi, la voix nouée par l'émotion.

Pour le vice-président du Centre culturel islamique de Québec, assister aux procédures entourant le procès d'Alexandre Bissonnette est nécessaire pour continuer de vivre le deuil.

M. Labidi, qui a pu apercevoir Alexandre Bissonnette durant la comparution d'à peine quelques minutes, dit éprouver des sentiments partagés. Il dit avoir été frappé par la jeunesse de l'accusé.

« Ça fait mal surtout quand on voit un jeune, c’est pas sa place, ce crime haineux, c’est un mélange de sensations, pitié pour lui et en même temps, nos frères qui sont décédés pour rien ».

Alexandre Bissonnette, qui s'est présenté dans le box des accusés, fixait le sol durant les procédures, mais a aussi regardé brièvement l'audience.

Il s'agissait d'une seconde comparution pour le jeune homme de 27 ans accusé de six meurtres et de cinq tentatives de meurtre. Aucune nouvelle accusation n'a été déposée contre lui.

Les procédures ont permis à l'avocat de la poursuite de déposer la preuve contre BIssonnette et les résultats de l’enquête policière. Une ordonnance de non-publication frappe les procédures.

M. Labidi dit avoir confiance au système de justice et bon espoir « que justice soit faite pour la famille des victimes ».

Douleur encore vive

La douleur est encore vive pour la communauté touchée par l'attentat. Le coeur de M. Labidi se serre lorsqu'il parle des victimes et leurs familles.

« À chaque fois qu’on visite les familles, nos coeurs se brisent. C'est très dramatique ce qu’ils vivent actuellement, les familles en deuil, les femmes, les enfants qui ne comprennent rien de cette situation », souligne-t-il la voix nouée par l'émotion.

La situation est également difficile pour les blessés, a mentionné M. Labidi. L'attentat a fait cinq blessés, dont trois ont reçu leur congé de l’hôpital et reçoivent des soins à domicile. Deux autres sont encore aux soins intensifs, a précisé M. Labidi.

« Il y en a un qui s'en sort bien, mais il est aux soins intensifs et le dernier, sa situation est toujours critique. Il est dans le coma et les médecins ont de la misère à le sortir du coma », a-t-il affirmé.

Il a également mentionné que la communauté nommerait un avocat dans le dossier pour s'assurer que les victimes seront bien représentées.

La comparution s'est déroulée sous haute sécurité. Les personnes présentes ont dû se soumettre à un contrôle d’identité et passer à travers un détecteur de métal avant de pénétrer dans la salle d'audience où des chaises ont dû être ajoutées pour permettre à davantage de personnes d'assister à la comparution.

Alexandre Bissonnette a repris le chemin de la prison après sa courte comparution. Il sera de retour en cour le 30 mars pour la suite des procédures.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les glucides mettent-ils notre santé en jeu?





Rabais de la semaine