Retour

Brise-glaces : la Davie près d'un accord avec le gouvernement fédéral

Le gouvernement fédéral est près d'un accord avec le chantier maritime Davie de Lévis pour la conversion de brise-glaces.

Les derniers détails sont toujours en cours de négociations, mais une entente semble imminente après plusieurs mois de discussions difficiles.

« Effectivement, les discussions ont bien progressé et on espère bien pouvoir faire l'objet d'une annonce très bientôt », confirme Frédérik Boisvert, porte-parole du chantier maritime Davie.

« On est en attente et on est prêts pour amorcer des travaux de conversion des brise-glaces le plus rapidement possible », a-t-il ajouté.

L'accord permettrait à l'entreprise de convertir trois navires de taille moyenne qui seraient ensuite vendus à la Garde côtière. Il n'y aurait cependant pas d'entente pour l'une des principales demandes de la Davie, soit la conversion d'un brise-glace de grande taille.

« Évidemment, on laisse le soin au gouvernement d'annoncer quelque chose », conclut Frédérik Boisvert.

Pour ce qui concerne le brise-glace lourd, les deux parties ne s'entendraient toujours pas sur le projet proposé par Davie. Les responsables de la Garde côtière affirment que cette proposition ne répond pas à leurs besoins.

Hésitations

La stratégie fédérale de construction navale prévoyait déjà la construction d'un brise-glace lourd, le John G. Diefenbaker, ce qui pourrait expliquer l'hésitation des responsables face à la proposition de Davie, a estimé Rob Huebert, professeur à l'Université de Calgary, qui a beaucoup travaillé avec la Garde côtière.

« Beaucoup d'efforts ont été consacrés à la conception du "Diefenbaker" », a expliqué M. Huebert. « Si j'étais à la Garde côtière, je craindrais qu'en acceptant la proposition de Davie, je n'obtienne pas le "Diefenbaker". »

Davie avait d'abord proposé à la Garde côtière, en avril 2016, de lui louer des brise-glaces, après avoir acquis les droits sur quatre navires destinés à l'industrie pétrolière et gazière extracôtière de l'Alaska, avant que les cours du pétrole ne plongent sur les marchés.

Une vieille flotte

Les brise-glaces de la Garde côtière ont en moyenne plus de 35 ans, et ils ont perdu des centaines de 'jours d'exploitation' ces dernières années en raison d'ennuis mécaniques. À la fin d'avril, le « Terry-Fox » s'est échoué près de Bide Arm, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Le navire a pu regagner Saint-Jean par ses propres moyens, mais il fait toujours l'objet de réparations. Entre-temps, le « Louis S. Saint-Laurent », âgé de 49 ans, demeure le seul brise-glace lourd de la Garde côtière en service.

Les responsables de la Garde côtière demandent depuis des années des brise-glaces supplémentaires pour compléter la flotte. Ils ont même suggéré des solutions novatrices, comme louer des navires ou recourir à des entreprises privées, afin de pouvoir accomplir des tâches qui ne cessent d'augmenter.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine