Une centaine d'aînés participaient à la 29e fête de Pâques organisée par Les Petits Frères, dimanche, au Club de golf de Cap-Rouge. L'objectif était de briser l'isolement social, un phénomène qui touche 1 aîné sur 5 au pays, selon Statistique Canada.

Avant de rejoindre le cercle des Petits Frères, il y a deux ans, Micheline Paquette vivait difficilement la solitude. « J'étais toute seule chez nous et je braillais tout le temps », raconte-t-elle. Depuis, l'organisme composé d'aînés et de bénévoles a changé sa vie.

« Là, c'est merveilleux. Ils sont super, ici, franchement », lance Micheline Paquette, peu de temps avant de se lever pour aller danser une valse. Pour elle comme pour d'autres, se retrouver en groupe à Pâques est l'une des rares occasions pour socialiser.

« Ça me fait sortir de la maison et j'aime ça. On s'ennuie moins souvent. On s'ennuie pas, comme ça », dit Adrien Hardy, qui en était à sa 15e participation à la fête de Pâques. L'homme, qui est perçu comme le « don Juan du groupe » et qui ne s'en cache pas, s'était stratégiquement attablé entre deux femmes.

Toujours présente à 100 ans

L'événement célèbre également le 100e anniversaire de la doyenne du groupe, Régina Ouellet-Martineau. Elle-même bénévole pour Les Petits Frères pendant 25 ans, elle récolte maintenant ce qu'elle a semé tout en revoyant de vieux amis.

Le bénévole qui l'accompagnait, Laurent Bilodeau, la surnomme sa « reine ». « C'est merveilleux de voir une dame comme elle, évoquer des beaux souvenirs », dit-il.

Comme les autres bénévoles, Laurent Bilodeau avait pour principale tâche d'aller chercher quelques aînés à leur résidence, puis de les y raccompagner à l'issue de la fête.

« Pâques, c'est le meilleur moment pour poser un geste comme celui-là et aider les gens qui sont seuls, parce que la solitude, ce n'est pas facile », croit Claude Lafrance, un bénévole qui en était à sa première participation.

Des fêtes de Pâques similaires pour contrer l'isolement social des aînés avaient lieu dans une dizaine de régions du Québec, dimanche, selon l'organisme Les Petits Frères.

Plus d'articles

Commentaires