Retour

C'est parti pour la baignade à la baie de Beauport

Les baigneurs peuvent s'élancer dans le fleuve Saint-Laurent depuis vendredi matin à la baie de Beauport, pour la première fois en 50 ans.

« C'est une grande journée pour nous à la baie de Beauport », se réjouissait le directeur général Philippe Laperrière, qui a lui-même plongé dans le fleuve pour marquer le coup d'envoi.

Sur l'heure du midi, quelques dizaines de visiteurs, dont plusieurs enfants, profitaient de la belle journée pour faire une saucette. L'eau était plutôt chaude et agréable, aux dires de plusieurs.

« On avait les conditions d'eau parfaite pour lancer la baignade. Le soleil est radieux, les équipes sont enjouées, tout le monde est en place. Au niveau de la sécurité, on est prêts », soulignait Philippe Laperrière.

La population n'a pas à s'inquiéter de la qualité de l'eau, assure-t-il. Chaque matin, la Ville va procéder à des analyses et décider s'il est permis ou non de se baigner.

Des chercheurs du département de génie des eaux de l'Université Laval ont développé un modèle d'analyse qui permet de prédire la qualité de l'eau en fonction des données recueillies dans le passé. Les prévisions se basent sur quatre variables : les précipitations, les marées, le nombre de goélands à la plage et la direction des vents.

« Si on a le go pour la baignade, c'est que l'eau est bonne. Il n'y a aucun doute là-dessus », soutient le directeur général.

L'information sera transmise au public vers 8 h 30 sur les sites Internet de la Ville de Québec et de la Baie de Beauport. Un fanion vert indique que la baignade est permise; un rouge, qu'elle est interdite.

Une zone de baignade de 74 mètres de large a été aménagée. Elle est surveillée par deux sauveteurs.

Les gestionnaires de la Baie de Beauport espèrent que ce nouvel accès à la baignade donnera le goût à la population de se réapproprier le fleuve.

« Le fleuve Saint-Laurent a toujours été là en toile de fond, c'est notre fierté, mais on n'y touchait pas. Donc, à partir de maintenant, on peut se baigner, on peut y toucher. Pour le niveau touristique et pour la population, je pense que c'est quelque chose de majeur », affirme M. Laperrière.

Le site est accessible en voiture et en vélo, mais difficilement en autobus. La direction espère pouvoir corriger la situation. Philippe Laperrière soutient que des discussions sont en cours avec le Réseau de transport de la capitale pour que le secteur soit mieux desservi. « On essaie de les convaincre. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine