Retour

Campagne contre les hausses abusives de loyer à Québec

Quatre groupes communautaires de Québec se mobilisent pour contrer les hausses abusives de loyer et inciter les locataires à les refuser en cette période de reconduction de baux.

Des membres du Bureau d’animation et information logement du Québec métropolitain (BAIL) et du Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, notamment, ont manifesté tôt mercredi matin dans le quartier Saint-Roch pour informer les citoyens de leurs droits en tant que locataires.

Ces derniers recevront d’ici le 1er mars leurs avis d’augmentation de loyer de la part des propriétaires. Marie-Ève Duchesne du Comité populaire Saint-Jean-Baptiste souligne que les locataires peuvent accepter la hausse, la refuser et déménager ou la refuser et demander de demeurer dans leur logement, une dernière option peu utilisée.

« Ils oublient qu’ils peuvent aussi refuser la hausse et souhaiter demeurer dans leur logement. [...] À partir de ce moment-là, ça appartient au propriétaire soit de venir faire des négociations ou bien aller à la Régie pour une fixation de loyer. »

Contexte du gel de taxes

Marie-Ève Duchesne estime que les hausses devraient être limitées cette année dans le contexte où la Ville a gelé les taxes municipales. « Habituellement, les hausses de taxes sont un facteur qui vont venir jouer sur les hausses de loyer, donc on demande aux locataires d’être vraiment vigilantes face aux prochaines hausses », dit-elle.

Le regroupement rappelle que Québec est maintenant la région de la province où le loyer moyen est le plus cher et qu’au cours des dix dernières années, les loyers ont augmenté de deux à trois fois plus que ce que propose la Régie du logement.

La situation serait particulièrement préoccupante dans certains secteurs, dont la Basse-Ville où le coût d’un studio aurait augmenté, en 10 ans, d’environ 32 % et de 49 % dans Sainte-Foy-Sillery pour un logement de deux chambres.

Les quatre groupes communautaires entendent mener d’autres actions au cours des prochaines semaines afin de rejoindre le plus de locataires possible pour les informer de leurs droits.

Plus d'articles

Commentaires