Retour

Campagne fédérale précoce : « Ça va coûter plus cher », confirme un organisateur politique

La campagne électorale fédérale, qui sera lancée dimanche ou lundi, sera la plus longue de l'histoire du Canada, et sans doute la plus chère.

L'organisateur politique Stéphane Viau rappelle que pour les partis qui ont obtenu 15 % des voix aux dernières élections, la moitié des dépenses électorales est remboursée par le gouvernement.

Pourquoi alors précipiter le déclenchement de la campagne en cette période d'austérité? Le gouvernement conservateur avait une multitude de raisons de le faire, estime Stéphane Viau. Le spécialiste classe ces raisons en deux catégories : les menaces et les opportunités.

Les menaces

Dans la catégorie des menaces, M. Viau mentionne le temps, qui joue contre les conservateurs. Il rappelle que le parti a reculé dans les sondages au cours des dernières semaines, au profit du Nouveau Parti démocratique.

Le deuxième volet dans cette catégorie serait le scandale entourant le sénateur conservateur Mike Duffy. « On sait très bien que s'il y a une rentrée parlementaire cet automne, ça risquerait d'être à l'ordre du jour à la période des questions », souligne le spécialiste.

Les opportunités

Du côté des opportunités, Stéphane Viau affirme qu'étant le parti le mieux organisé, les conservateurs tireront profit d'une campagne de longue haleine, contrairement aux autres partis.

Ils avaient également tout intérêt à déclencher la campagne alors que de nombreuses familles canadiennes viennent tout juste de recevoir un chèque du programme PUGE pour la garde d'enfants. « Six mois en politique, on dit souvent que c'est une éternité. Avant que ça ne soit complètement oublié, c'était peut-être le temps de commencer à capitaliser là-dessus », pense Stéphane Viau.

Une campagne estivale

Quant à la décision de lancer la campagne électorale en pleine période des vacances, Stéphane Viau suppose que le gouvernement a jugé qu'il s'agissait là d'un moindre mal comparé à tous les avantages.

La réaction du NPD

Le candidat du NPD dans la circonscription de Louis-Saint-Laurent, Daniel Caron, estime pour sa part qu'il est inutile et trop coûteux de faire une longue campagne. « On sait qu'ils [les conservateurs] sont tacticiens, qu'ils réfléchissent beaucoup sur la manière de gagner des élections, en faisant des annonces ici et là et en faisant des feux d'artifice où il n'y a pas grand-chose à annoncer », soutient-il.

Des électeurs peu enchantés

De nombreux électeurs sont du même avis que Daniel Caron et sont peu enchantés à l'idée d'assister à une camapgne de près de 80 jours :

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine