Retour

Carabins-Rouge et Or : une autre finale enlevante en perspective

Le duel est presque devenu une tradition au football universitaire québécois. Pour une cinquième année d'affilée, le Rouge et Or et les Carabins vont se retrouver sur le même terrain en finale de la Coupe Dunsmore.

Un texte de Jean-Philippe Martin

Disputée samedi après-midi sur le terrain du Stade Telus-UL, à Québec, cette rencontre sera le troisième affrontement entre les deux équipes cette saison. Les entraîneurs se connaissent par coeur. Chacun a étudié à plusieurs reprises les stratégies de l'autre.

Mise à part la possibilité d’un jeu truqué, comme celui que le Rouge et Or avait si bien exécuté dans les derniers moments de la finale 2016 pour remporter une victoire in extremis, Glen Constantin ne s’attend pas à de grandes surprises sur le terrain.

« On l'efface »

L’entraîneur des Carabins Danny Maciocia croit que son équipe devra être quasi parfaite pour l’emporter contre les champions de la saison régulière. Ça n'a certes pas été le cas la dernière fois que les Carabins se sont amenés à Québec. Le Rouge et Or a blanchi ses rivaux 22-0.

À moins de 24 heures de la finale québécoise, la rencontre du 21 octobre dernier semble avoir bien peu d’importance aux yeux de l’entraîneur des Bleus.

Maciocia se souvient avoir vécu une situation semblable en 2014, alors que les Carabins s’étaient inclinés contre le Rouge et Or à Québec en saison régulière, avant de prendre sa revanche en finale de la Coupe Dunsmore.

« L’année qu’on a gagné la Coupe Vanier (2014), il a perdu un match ici par 25-30 points (40-13 Laval). On n’avait même pas regardé le match le lendemain. Il y avait le Monday Night Football et j’ai commandé de la pizza pour tout le monde et on a regardé le match. On n’a même pas fait référence à cette défaite-là. »

Aussi fier qu’il puisse être d’avoir blanchi les Carabins il y a trois semaines, le joueur de ligne défensive du Rouge et Or Mathieu Betts a vite tourné la page sur cette victoire.

« Ça peut être bon en termes de confiance. On sait ce qu’on est capable de faire. On sait comment bien se préparer, mais vraiment, tout est à recommencer [samedi]. Il n’y a pas deux matchs de football qui sont pareils. »

La redoutable défensive de Laval

Reste que la défensive du Rouge et Or risque de causer des ennuis aux visiteurs. L’UL a réussi trois blanchissages à ses cinq derniers matchs.

Ses performances permettent à l’unité offensive de se déployer avec confiance.

« La défensive fait un travail incroyable depuis quelques semaines, souligne le quart-arrière du Rouge et Or, Hugo Richard. Mais en même temps, il ne faut pas prendre ça pour acquis non plus. En tant qu’attaque, il faut être capable de produire, il faut être capable de garder notre défensive sur le banc, les garder frais et dispos pour qu’ils soient capables de bien performer. »

Un match serré?

Les quatre dernières finales de la Coupe Dunsmore ont gardé les partisans cloués à leurs sièges jusqu’à la toute fin. À chaque fois, trois points ou moins ont séparé les gagnants des perdants. Est-ce que c’est ce que la finale 2017 réserve aux amateurs ?

La tendance le suggère, croit Danny Maciocia, convaincu que la différence sera à nouveau mince entre la victoire et la défaite.

« Quand je regarde ces matchs-là, depuis plusieurs années, que ce soit la Coupe Dunsmore ou en saison régulière, c’est 10 à 12 jeux qui vont faire la différence. Alors, il faudra exécuter à chaque fois qu’on sera sur le terrain », ajoute l'homme de football.

Le botté d'envoi sera donné sur le coup de 14 h (HNE).

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine