Retour

Caroline Simard insiste sur l'importance de dénoncer

La députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, Caroline Simard, qui a reçu et accepté hier les excuses demandées à un homme d'affaires  pour un geste déplacé commis à son endroit lors d'un événement public, insiste sur l'importance de dénoncer des comportements jugés inacceptables.

Caroline Simard souligne que la société doit s'inscrire en faux contre le genre de gestes commis par le directeur d'Hébergement Charlevoix, qui lui a touché un sein alors qu'il se faisait prendre en photo avec elle.

« C'est un geste qui est inacceptable, qui doit être dénoncé pour le futur et nous devons considérer dans la société où on est aujourd'hui qu'entre hommes et femmes, il doit y avoir du respect », commente Mme Simard.

L'adjointe parlementaire du premier ministre dans la lutte contre l'intimidation avait choisi de dénoncer l'agression sur sa page Facebook. Elle ne remet pas en question la méthode utilisée.

« Il y a plusieurs façons de dénoncer, comme il y a plusieurs façons également de régler un litige ou un événement du genre. On l'a vu hier, c'en est un bon exemple », dit-elle.

Au lieu de porter plainte, elle dit par ailleurs avoir ainsi choisi une approche « de type justice réparatrice ».

De son côté, le premier ministre Philippe Couillard estime que Caroline Simard a pris la bonne décision en dénonçant le geste déplacé. Il a assuré sa députée du soutien de toute l'équipe libérale. Le premier ministre se dit également satisfait de la conclusion de toute cette histoire.

« La personne qui est en cause a bien agi en présentant des excuses publiques. Caroline a accepté ces excuses et je pense que la façon dont ça s'est résolu est la bonne. [...] Je crois qu'elle l'a clos de façon élégante et ferme à la fois et je lui en sais gré ».

La députée libérale a reçu en fin d'après-midi lundi les excuses publiques de l'homme d'affaires Daniel Guay, directeur d'Hébergement Charlevoix, concernant le « geste déplacé et inapproprié » qu'il a posé.

Dans son communiqué, M. Guay a affirmé avoir déjà entrepris des démarches pour recevoir de l'aide professionnelle afin de « corriger ce comportement inadmissible et de faire le cheminement nécessaire ».

Plus d'articles

Commentaires