Retour

Cas de méningite dans Chaudière-Appalaches : une décision sur la vaccination en septembre

D'ici la fin septembre, des experts en immunisation statueront s'il est pertinent de lancer une campagne de vaccination dans la région de Chaudière-Appalaches en raison de six cas d'infection au méningocoque de type B qui y ont été confirmés depuis le début de 2016.

« C'est certain que la situation est préoccupante, mais pas alarmante », précise Julie Lambert, coordonnatrice régionale des services en maladie infectieuse de la direction de la santé publique dans Chaudière-Appalaches.

Cinq enfants de moins de 5 ans et un adulte dans la vingtaine ont contracté la maladie depuis le début de l'année. En guise de comparaison, depuis 2011, trois à sept cas sont habituellement signalés chaque année.

C'est le Comité sur l'immunisation du Québec et l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) qui devront déterminer si une campagne de vaccination est nécessaire.

« Dans leur avis, ils devraient nous indiquer différents scénarios qu'ils pourraient avoir évalués selon différents paramètres, à savoir quels sont les clientèles et les territoires qui pourraient être touchés », précise Julie Lambert.

L'infection au méningocoque de type B, si elle n'est pas traitée rapidement, peut entraîner de graves complications neurologiques ou physiques et même la mort.

Suivi de près

La ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, assure que tout est mis en oeuvre pour éviter une éclosion de méningite. « L'INSPQ suit ça en temps réel. S'il y a un besoin de vaccination générale, on va le savoir en septembre. Tout ça est suivi de près pour éviter qu'il y ait propagation », explique-t-elle.

Les personnes qui ont été en contact avec des patients qui ont contracté la méningite ont été traitées à l'aide d'antibiotiques et ont reçu le vaccin.

La médecin-conseil à la direction de la santé publique, Diane Morin, explique que, contrairement au vaccin contre le méningocoque de type C, celui contre le méningocoque de type B ne fait pas partie d'un programme de vaccination gratuit.

« C'est un vaccin qui est beaucoup plus récent. Son utilité commence à être mieux connue, mais il est également très cher et ne fait pas encore partie d'un programme de vaccination gratuite », précise la Dre Morin.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine