Retour

Cataracte : le nombre de patients en attente pour une consultation en hausse

Le nombre de patients en attente d'une consultation liée à une cataracte a presque doublé depuis 2015 au Centre universitaire d'ophtalmologie (CUO) de Québec.

Un texte de Marie Maude Pontbriand

Actuellement, 3061 personnes attendent un examen alors qu'elles étaient 1642 en 2015. Le délai qui était de 12 mois en 2015 et en 2016 peut maintenant aller jusqu'à 24 mois selon la condition clinique du patient. Le nombre de médecins est stable au Département d'ophtalmologie du CHU de Québec, selon la docteure, Yvonne Molgat.

Mme Molgat rappelle qu'il y a des listes d'attente comme dans tous les domaines de la médecine.

Cela fait plusieurs années qu'elle observe cette tendance à la hausse. Elle l'explique par une multitude de facteurs, comme le vieillissement de la population, des personnes âgées plus exigeantes envers leur vision et certains médecins de famille qui envoient des patients trop rapidement vers les spécialistes alors que l'oeil n'est pas prêt à être opéré.

Il y a aussi des délais pour les patients atteints d'autres pathologies de l'oeil et qui souhaitent rencontrer un ophtalmologiste. Si la raison de la consultation est moins urgente, le délai peut être beaucoup plus élevé.

« Par exemple, pour une verrue sur le bord de la paupière, il pourrait attendre trois ans, pour une pathologie urgente, il est vu dans la journée, le spectre est très large », précise Mme Molgat.

Bien consciente qu'avec le vieillissement de la population les listes d'attente sont appelées à augmenter, elle n'écarte aucune solution pour régler le problème. Il faut réviser les façons de prendre en charge les patients, la structure de la clinique, la trajectoire du patient, afin de voir davantage de patients dans une journée.

« Nous avons aussi un rôle d'éducation à jouer avec les médecins ou les optométristes référents », ajoute-t-elle.

Une situation « inquiétante »

Le président du conseil pour la protection des malades, Paul Brunet, s'insurge face à ces délais. « Ce n’est pas normal que pour une opération d’une cataracte ça prenne 12 mois pour avoir une consultation avec un ophtalmo », souligne M. Brunet, ajoutant que ce n'est pas parce que le délai est stable qu'il est acceptable.

Il rappelle que ce genre de délai hypothèque la vie des patients en attente. « Pendant tout ce temps-là, la personne a une vue altérée et peut probablement avoir des difficultés à conduire son automobile, le cas échéant. »

Paul Brunet interpelle le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, pour qu'il agisse. Il avait pourtant promis de régler ce genre de problème quand il a été nommé, dit-il.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine