Retour

« Ce n'est pas aux politiciens de dire à la Caisse de dépôt quoi faire » - Philippe Couillard

Le premier ministre québécois refuse de dire si la Caisse de dépôt et placement du Québec devrait investir ou pas dans le retour des Nordiques à Québec.

Philippe Couillard a réagi jeudi matin aux propos tenus la veille par le chef du Parti québécois (PQ), Pierre Karl Péladeau, qui s'est dit ouvert à la participation de la Caisse dans une équipe de la Ligue nationale de hockey, en partenariat avec Québecor.

Philippe Couillard croit que le chef du PQ s'est une fois de plus placé dans une position très ambiguë en commentant le dossier, au moment où il est toujours actionnaire majoritaire de Québecor.

« Je pense que ça illustre toute l'ambiguïté de la situation », a lancé le premier ministre à l'entrée du caucus présessionnel du Parti libéral du Québec, à Saint-Georges, en Beauce.

« Là, on ne sait plus qui parle. Est-ce que c'est l'actionnaire de contrôle de Québecor ou le chef de l'opposition, ou le chef du Parti québécois? Ça montre que cette situation, elle est profonde. »

Philippe Couillard, qui invite le chef du PQ à « clarifier sa situation », a par ailleurs fait savoir que les politiciens n'ont pas à dicter la marche à suivre à la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Le son de cloche est le même du côté de Jean-Marc Fournier, leader parlementaire du gouvernement. Il est d'avis que Pierre Karl Péladeau s'est une fois de plus placé en potentiel conflit d'intérêts.

« On parle d'un acteur politique public de premier plan qui évoque la participation d'une institution publique, la Caisse de dépôt, dans sa compagnie, qu'il contrôle [...] À quel moment il va comprendre qu'il est dans une situation intenable », a-t-il réagi.

Jean-Marc Fournier voit dans ses spéculations du chef péquiste une autre preuve qu'il ne comprend pas la situation dans laquelle il se retrouve.

Plus d'articles

Commentaires