Yvette Michelin, « flécherande », manie l'art du tissage aux doigts de manière exceptionnelle. Cette technique de fabrication de la ceinture fléchée, qu'elle maîtrise depuis plus 40 ans, remonte à la fin du XVIIIe siècle.

Cet élément vestimentaire devenu symbole de la culture francophone d'Amérique était utilisé pour fermer les manteaux et tenir le haut du corps au chaud, rappelle-t-elle.

« La personne qui portait le manteau évasé du bas devait lever la jambe pour faire la raquette et le vent s'engouffrait sous le manteau, alors, en ayant un ceinturon, on garde le haut du corps au chaud. On aurait pu mettre une corde comme Séraphin, mais nos ancêtres étant des gens très fiers, ils ont créé quelque chose de très joli, la ceinture fléchée », illustre Mme Michelin.

La tradition a été développée par les Français de Nouvelle-France qui maîtrisaient la technique de base de tissage aux doigts, plus que du simple tressage, dit Mme Michelin.

« C'est un tissage aux doigts qu'on appelle parfois un tressage au sens large du terme, mais on voit quand on le fait que le brin ne se promène pas comme dans une tresse, mais que c'est bien un fil de trame qui passe à travers et qui forme un tissage avec des pointes et des flèches », décrit-elle.

Au XVIIIe siècle, la Compagnie La Baie d'Hudson embauche des dames de l'Assomption pour confectionner des ceintures qui sont proposées aux Amérindiens en échange de fourrures.

Le rouge, le blanc, le bleu le jaune et le vert seront les couleurs standardisées par la compagnie pour les ceintures qu'elle fera éventuellement produire sur métier à tisser, en Angleterre.

Mais Mme Michelin affectionne particulièrement le tissage manuel auquel elle a été éveillée par sa mère qui avait elle-même appris la technique lorsqu'elle était fillette.

Mme Michelin continue maintenant de transmettre la tradition à travers les enseignements qu'elle dispense à la Maison Routhier, un centre d'arts textiles de Québec. Cette formatrice a à cœur de perpétuer cette technique unique qu'elle ne voudrait pas voir disparaître.

Plus d'articles

Commentaires