Retour

Célébration musulmane sous le signe de la solidarité

La célébration de l'Aïd el-Kébir, l'une des fêtes les plus importantes de l'islam qui se tient vendredi est l'occasion de livrer un message rassembleur pour la communauté musulmane, particulièrement secouée par les événements des dernières semaines à Québec.

Plusieurs centaines de musulmans étaient réunis tôt vendredi matin au stade Honco, à Lévis, pour prier et écouter les sermons et discours prononcés à l’occasion de la fête religieuse.

L’attaché politique du député Joël Lightbound, Filip Novakovic, a pris la parole pour exprimer sa solidarité.

« On voulait venir dire que notre gouvernement les salue, on est là avec eux. Dans un contexte aussi difficile qu’actuellement, je pense que c’est important d’exprimer sa solidarité », dit-il.

Attachés à Québec

Bien qu’ébranlés par les actes perpétrés récemment, notamment l’incendie de la voiture de l’ancien président du Centre culturel islamique, plusieurs se sont exprimés pour réitérer leur attachement à Québec.

« On est un peu choqués par le fait que la voiture du président a été incendiée. Est-ce que c’est un geste haineux? Oui. Est-ce que c’est quelque chose qui nous intimide? Non. On a choisi la ville de Québec, on aime la ville de Québec, on est bien à Québec », affirme Yaya Denna, membre de la communauté musulmane de Québec.

Un autre membre, Mohamed El Ansari, souhaite un retour à l’harmonie.

« J’espère que la police va retrouver les auteurs [des gestes à caractère haineux], qu’on va trouver les mesures pour apaiser la situation pour que ça ne se répète pas, parce que c’est vraiment très déplorable », mentionne-t-il.

La cérémonie s’est terminée vers 9 h 30 avec un échange de vœux.

Lutter contre les crimes haineux

Des voix s’élèvent au sein de la communauté pour demander la mise en œuvre de moyens additionnels pour lutter contre les discours haineux. C'est le cas du cofondateur du Centre culturel islamique, Boufeldja Benabdallah, qui demande une surveillance policière accrue.

« Que ce soient une escouade, un centre ou des unités, on est pour n’importe quelle solution qui pourrait amener les gens qui sont en colère, qui sont haineux, qui n’aiment pas les autres, à arrêter ça, à venir discuter, à nous voir en tant que citoyens musulmans qui composent cette société », fait valoir M. Benabdallah.

Alors que certains souhaitent la création d’une escouade policière spécialisée pour lutter contre les crimes haineux, comme on en retrouve dans les principales villes au pays, le maire Régis Labeaume réitère qu’une telle unité n’est pas nécessaire à Québec.

« La comparaison avec Vancouver et Toronto, je m’excuse, mais ce n’est pas possible. C’est incomparable en termes de population et de mixité, soutient le maire. Allons-y tranquillement. Les [policiers] font leur travail. Est-ce qu’ils sont outillés pour le faire? La réponse, c’est oui. Alors, voilà, c’est ça qui importe. »

Plus d'articles

Commentaires