Retour

Célébrer les différences des jeunes pour lutter contre le suicide

Le Centre de prévention du suicide de Québec lance une campagne d'un genre nouveau, ce mardi, pour intervenir auprès des adolescents. Plutôt que de parler d'intimidation ou de détresse, la campagne Semblables et différents mise sur la célébration des différences.

Un texte d'Alexandre Duval

« L'intimidation, c'est inacceptable. Mais une fois qu'on a dit ça, on fait quoi? », s'interroge la directrice du Centre de prévention du suicide de Québec, Lynda Poirier.

Au cours des deux dernières années, le Centre a notamment rencontré des centaines de jeunes de la région, d'ex-intimidateurs et des experts pour trouver le meilleur moyen de prévenir le suicide chez les adolescents.

Leur principale conclusion est que les plus grandes difficultés auxquelles les jeunes font face sont notamment l'acceptation de leurs propres différences et de celles des autres.

« Il y a des gens qui ont parlé de la couleur de leur peau. D'autres ont parlé de leur apparence corporelle. D'autres ont parlé d'un handicap. D'autres ont parlé de maladie mentale. D'autres ont parlé d'orientation sexuelle. D'autres ont parlé d'une origine ethnique différente », énumère Lynda Poirier.

« Valorisons la différence. Saluons la différence. Essayons de comprendre la différence. Et ça aura comme impact, du moins on le souhaite, que l'intimidation [...], le rejet et la stigmatisation diminueront. »

Le Centre a tourné trois capsules vidéo qui seront diffusées sur les réseaux sociaux dès mardi. Elles mettent en scène d'ex-intimidateurs, des adultes qui travaillent auprès des jeunes ainsi que des adolescents qui vivent une différence, qu'elle soit visible ou non.

Vidéo: Youtube

Des affiches et des dépliants seront également distribués dans les écoles de Québec, les maisons de jeunes et certains établissements de santé.

Le Réseau de transport de la capitale (RTC) sera aussi mis à profit. Jusqu'en février, la campagne Semblables et différents sera diffusée sur les panneaux des autobus et des abribus.

Citant le plus récent rapport de Jeunesse J'écoute, Lynda Poirier rappelle qu'un jeune sur cinq, au Canada, a eu des idées suicidaires au cours de la dernière année. « Leur détresse, entre autres, est en lien avec la relation avec autrui ou l'image de soi », indique-t-elle.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine