Retour

Cellulaire au volant : 33 constats d'infraction remis en deux heures

Malgré une baisse du nombre de contrevenants enregistrée depuis 5 ans au Québec, force est de constater que les campagnes de sensibilisation contre les cellulaires et textos au volant ont encore leur place. Une opération policière menée à Québec lundi matin a permis de prendre en faute 33 automobilistes, en seulement deux heures.

Trois contrôles étaient menés de façon simultanée à l'heure de pointe dans autant d'intersections, soit dans les secteurs de la rue Dorchester, des boulevards Quatre-Bourgeois et Henri-Bourassa.

La porte-parole du Service de police de la ville de Québec, Nancy Roussel, souligne que les personnes interceptées ont commis l'infraction de manière évidente. 

« Sur les 33, c'est ceux qui étaient très évidents. Il y a sûrement des gens qui, de loin, nous ont vus, ou encore qui l'utilisent fréquemment et cette fois-là, ont entendu parler de l'opération qui pourrait avoir lieu et qui en passant l'intersection l'ont pas utilisé et l'ont utilisé plus loin », soulève-t-elle.

Selon elle, de plus en plus d'automobilistes trouvent inacceptable de voir quelqu'un texter ou parler au cellulaire en conduisant. Toutefois, les campagnes de sensibilisation doivent se poursuivre, dit-elle, puisque « plusieurs automobilistes ne semblent pas prendre conscience que ça peut leur arriver à eux aussi d'avoir un accident ou de causer un accident. »

Au cours de l'opération policière, 15 autres constats d'infraction ont été remis en lien avec diverses infractions au Code de la sécurité routière.

Attention aux conséquences

L'opération policière menée à Québec fait écho la nouvelle campagne de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ), lancée lundi.

La campagne porte sur les conséquences de l'utilisation du cellulaire au volant. Avec son message publicitaire « Texter au volant, c'est se foutre des conséquences », la SAAQ souhaite que les utilisateurs prennent conscience des effets dévastateurs de l'action de texter au volant.

En plus des risques qu'il engendre pour la sécurité, le conducteur fautif s'expose à des contraventions salées. Le simple fait d'avoir en main le téléphone, même à un feu rouge, peut valoir aux automobilistes une contravention de 127 $ en plus de 4 points d'inaptitude.

La loi interdisant les cellulaires au volant est entrée en vigueur au Québec en 2008. Les automobilistes ne peuvent avoir en main un appareil qui possède une fonction téléphonique, que cette fonction soit activée ou non. Les téléphones cellulaires classiques, les téléphones intelligents et tout appareil qui affiche les courriels et permet de naviguer sur Internet sont visés par cette mesure.

D'autres opérations policières sont prévues de façon sporadique afin d'intercepter les personnes qui utilisent cellulaires et textos simultanément à la conduite d'un véhicule automobile.

Campagne de la SAAQ contre le cellulaire au volant

Plus d'articles

Commentaires