Retour

Centre Vidéotron : la Ville doit éponger un déficit de 730 000 $

La Ville devra faire un chèque de 730 000 $ au gestionnaire du Centre Vidéotron, Québecor, pour combler une partie du déficit des quatre premiers mois d'opération.

Le contrat sur la gestion de l'amphithéâtre, signé en 2011, stipule que la Ville de Québec doit payer 50 % du déficit d'opération encouru par QMI Spectacles, une filiale de Québecor, jusqu'à concurrence du montant du loyer.

Même si les chiffres du Centre Vidéotron sont protégés par une entente de confidentialité, il est possible de déduire que le déficit d'opération pour la période allant de l'ouverture, le 8 septembre, au 31 décembre 2015, s'élève à au moins 1,4 million de dollars.

C'est l'opposition à l'hôtel de ville qui a d'abord dévoilé le montant du déficit, confirmé en après-midi lundi lors de la présentation des états financiers de la Ville. Démocratie Québec soutient que les coûts assumés par la Ville sont beaucoup plus importants que les quelque 600 000 $ par année prévus à l'origine. 

« Si on projette ça sur un an, c'est un déficit de 2,2 millions de dollars. Ce n'est pas rentable », s'inquiète le chef de l'opposition, Paul Shoiry.

La Ville avait prévu que l'amphithéâtre lui rapporterait 1,3 million de dollars durant la même période, mais les revenus perçus s'élèvent plutôt à 370 000 $. Cette somme provient de la redevance de 4 $ par billet vendu (334 000 $) et les profits du stationnement (36 000 $).

Le maire Régis Labeaume a rappelé que la Ville avait consenti à rembourser le loyer à Québecor en cas de déficit. Il ne serait pas surpris de devoir le rembourser, en tout ou en partie, l'an prochain également. L'important, dit le maire, c'est que la Ville risque peu avec l'amphithéâtre puisque c'est Québecor qui prend les risques financiers.

Le montant du remboursement du loyer sera prélevé dans le budget annuel d'ExpoCité, qui s'élève à 13,6 millions de dollars.

Surplus de 13,7 millions

Au total, la Ville de Québec a terminé l'année 2015 avec un surplus de 13,7 millions de dollars comparativement à 15,6 millions en 2014. Ce montant correspond à environ 1 % du budget de la Ville qui s'élève à 1,3 milliard de dollars.

Ces économies s'expliquent par la baisse de plusieurs dépenses, dont les coûts reliés à l'énergie et du déneigement. La baisse du prix de l'essence, notamment, a généré des économies. La Ville a payé un coût moyen de 94 cents le litre, soit 17 cents de moins le litre qu'en 2014.

L'administration municipale a aussi sauvé près de 2 millions de dollars en déneigement grâce à des précipitations moins abondantes cet hiver.

L'adoption de la loi sur les régimes de retraite des employés municipaux a aussi permis d'économiser 20 millions de dollars.

La Ville se trouve donc dans une situation financière confortable, selon le maire Régis Labeaume, qui prévoit être en mesure de ne pas augmenter les taxes foncières pour les deux prochaines années.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine