Retour

Centre Vidéotron : les déficits à venir inquiètent l'opposition

« La population de Québec assume un trop grand niveau de risque, c'est ce qu'on dit depuis le début », a martelé la conseillère municipale de l'opposition Anne Guérette après que le président de Québecor, Pierre Dion, ait dressé le bilan de la première année du Centre Vidéotron. Il anticipe des déficits pour « quelques années ».

L'entente sur l'amphithéâtre prévoit que la Ville de Québec doit assumer la moitié des déficits jusqu'à concurrence du coût du loyer, soit environ trois millions de dollars par année.

En guise d'exemple, la Ville a déjà versé 730 000 $ pour éponger le déficit des quatre premiers mois d'opération.

Anne Guérette dénonce un changement de discours puisque le maire Régis Labeaume a régulièrement promis que l'amphithéâtre allait générer des revenus.

« J'invite les citoyens à être clairvoyants là-dedans, à constater qu'on se fait peut-être un peu manipuler dans toute cette aventure. Au fond du compte, une chose est certaine, c'est vous et moi qui allons payer pour ce pari hautement risqué dans lequel le maire Labeaume nous a embarqués. »

33 M $ pour nommer l'édifice

Malgré les déficits à venir, Québecor insiste sur le fait que la Ville n'est pas perdante puisqu'elle reçoit 33 millions de dollars de Québecor en échange des droits d'identification de l'immeuble.

De la poudre aux yeux, selon Anne Guérette, puisque Vidéotron obtient beaucoup de visibilité avec son nom au sommet de l'édifice.

La conseillère municipale rappelle aussi que la Ville est responsable d'assumer les coûts d'entretien du bâtiment, minimes pour l'instant, mais qui sont appelés à croître avec le vieillissement de l'infrastructure.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine