Retour

Chaleur : les aînés et les sans-abris vulnérables

Alors qu'une première vague de chaleur sévit dans la province, les aînés et les sans-abris de Québec sont particulièrement touchés et vulnérables face à la canicule.

Un texte d'Alain Rochefort et Carl Marchand

L'infirmier de la rue, celui qui se nomme le missionnaire de la paix, Gilles Kègle intervient auprès des plus démunis. Lui et ses bénévoles multiplient les visites afin de surveiller leur condition de santé.

Dans certains cas, on distribue des ventilateurs.

« Ces gens-là souffrent beaucoup de chaleur évidemment parce qu'il n'y a pas d'air où ils vivent. Souvent, ce sont des maisons toutes collées », explique M. Kègle.

« Chaque année, le même problème revient, mais cette année c'est pire que d'habitude. »

En 32 ans, Gilles Kègle a été confronté à quelques reprises à la mort de ses protégés pendant une canicule.

Les sans-abris très vulnérables

Le directeur général de Lauberivière, Eric Boulay rappelle pour sa part que les sens-abris vivent dans un îlot de chaleur urbain et souvent au coeur du centre-ville. Ils ont peu de ressources et souffrent lors d'épisodes de chaleur accablante.

« Ces gens-là sont déjà en situation de survie. Ils courent après un endroit pour dormir, après des lieux pour manger. Alors de trouver rapidement des endroits pour se refroidir et s’apaiser au niveau de la climatisation, ça passe en deuxième, malheureusement », souligne M. Boulay

« Avec la chaleur qu’on connaît présentement, ça devrait être une priorité », insiste-t-il.

Plusieurs personnes se sont rendues à Lauberivière se plaignant de maux de tête et de nausées. L'organisme distribue des bouteilles d'eau pour une deuxième journée consécutives.

Avec les informations de Nicole Germain

Plus d'articles