Retour

Chantiers du Carrefour de théâtre : dans la tête des jeunes créateurs

Le Carrefour international de théâtre présente cette année dans le cadre de son volet chantiers/constructions artistiques une quinzaine de productions, pour la plupart en cours de création. Ces spectacles seront l'occasion de découvrir ce qui bourgeonne dans l'esprit de nos créateurs québécois.

Un texte d'Anne-Josée Cameron

Nuit blanche, jiu-jitsu brésilien et grossesse imprévue, tout peut arriver lors des chantiers.

Depuis 11 ans déjà, le Carrefour international de théâtre propose, avec cet événement, un « espace propice à l'expérimentation et à l'échange entre les artistes et le public ».

Amour, sexe et fantasme

Sujet universel, l'amour et ses multiples déclinaisons, est l'un des thèmes explorés par les créateurs cette année. On n'a qu'à penser à la mise en lecture d'Au complet (All the way) d'Élizabeth Baril-Lessard, qui se penche sur le quotidien d'une bande d'adolescents qui tentent de gérer une possible grossesse ou encore au laboratoire Amour Amour de Gabriel Cloutier Tremblay, où un groupe d'individus a l'occasion de repartir à zéro.

.

Vive la danse!

Trois laboratoires mettant en vedette la danse seront présentés le samedi 2 juin. Le premier, P=UI, s'intéresse à notre rapport au virtuel. Le second, Oddychac, s'attarde sur la respiration et le jiu-jitsu brésilien.

Le troisième, Recherche sur le corps glorieux, de Karine Ledoyen, traite d'une étape difficile pour les danseurs, les adieux à la scène : « J'ai réalisé une série d'entrevues avec des danseurs », explique la chorégraphe, qui dit s'inspirer du théâtre documentaire afin de concevoir son nouveau spectacle de danse.

Un chantier spécial est également offert le 26 mai, à partir de 23 h 59. Événement festif et multidisciplinaire, Nuit Blanche donnera l'occasion de faire la fête toute la nuit. Les spectateurs seront invités à manger, danser et prendre la parole en public. Timides s'abstenir!

De toutes les origines

Le vivre-ensemble est également au coeur des préoccupations des artistes de cette onzième édition. Maxim Beauregard-Martin propose un texte sur les suites de l'attentat de la grande mosquée avec le texte Hakim à Québec.

« Je suis également journaliste, révèle le jeune metteur en scène et la revue Urbania m'avait commandé un article sur le racisme systémique. Au fil de mes recherches, le sujet a changé et m'a inspiré ce texte sur le vivre-ensemble, écrit à partir de divers témoignages », précise Maxim Beauregard-Martin ».

Bien connue du milieu théâtral de la Vieille Capitale, Marie-Josée Bastien retrace, pour sa part, l'histoire des femmes métisses de Québec dans Projet Sarenhes - ce que nous sommes.

Les chantiers du Carrefour international de théâtre seront présentés du 25 mai au 5 juin

Plus d'articles

Vidéo du jour


Secrets d'une fashionista pour toujours être stylée





Rabais de la semaine