Retour

Charles Dubé-Brais, entraîneur de l’année en Asie

Charles Dubé-Brais a été choisi entraîneur de l'année à sa première année au sein de la ligue ASEAN, circuit professionnel de basketball en Asie du Sud-Est.

Un texte de Jean-Philippe Martin

Originaire de Sillery, l’entraîneur de 36 ans a dirigé le Kung Fu de Chong Son, une équipe d’expansion au sein de la ligue qui regroupe neuf formations.

Le Kung Fu a complété la saison avec la meilleure fiche du circuit en saison régulière, soit 15 victoires et 5 défaites.

Même si la troupe chinoise a été éliminée en demi-finale des séries d’après-saison, Dubé-Brais a été récompensé pour son travail.

De Québec en passant par la France

Après son passage avec les Kebs de Québec de 2007 à 2009, Charles Dubé-Brais s'est rendu en France où il a été entraîneur pendant 8 ans.

Avec le JSF Nanterre en banlieue de Paris, il a dirigé le centre de formation, mais il a aussi été entraîneur avec l’équipe professionnelle qui a évolué dans la EuroLigue.

De 2015 jusqu’à son départ pour la Chine, il a également eu la chance de travailler avec le personnel des Spurs de San Antonio de la NBA dans le cadre de la ligue estivale.

« L’année dernière, je cherchais un nouveau challenge pour ma carrière. Ça faisait quelques années que je faisais un peu la même chose, qui était intéressante, mais je me disais que j’étais prêt pour la prochaine étape. »

Cette étape, il croyait bien la vivre dans la G-League, la ligue de développement de la NBA, mais l’équipe d’expansion chinoise l’a contacté pour lui offrir une expérience complètement différente.

La popularité de la ligue ASEAN

Charles Dubé-Brais mentionne que le basketball est le sport collectif le plus populaire en Chine actuellement.

Malgré cela, les équipes de la ligue ASEAN évoluent dans l’ombre de la Chinese Basketball Association, la ligue la plus riche au monde après la NBA, toujours selon le Québécois.

« À Foshan, où nous sommes dans le sud de la Chine, ma famille et moi on se fait plus reconnaître parce que mes enfants ont des cheveux frisés et que je suis blanc et ma femme, métis », lance-t-il à la blague.

Ailleurs en Asie du Sud-est, comme aux Philippines, c'est tout le contraire.

« Le basketball aux Philippines, c'est plus populaire que le hockey au Québec, avance Charles Dubé-Brais. J'y étais pour la remise du prix d'entraîneur de l'année qui se faisait lors d'un match de la finale, il y avait 10 000 personnes dans les estrades. Le lendemain, je me faisais reconnaître à l'hôtel et dans les centres d’achat à Manille. »

D'après une entrevue de Guillaume Dumas, à l'émission de radio Première Heure

Plus d'articles

Vidéo du jour


Secrets d'une fashionista pour toujours être stylée





Rabais de la semaine