Retour

Château-Richer : le directeur général porte plainte pour congédiement déguisé

Le directeur général de Château-Richer, François Renaud, estime que le Guide des conditions de travail des cadres et professionnels adopté par la municipalité vise à le pousser à la porte et constitue un congédiement déguisé. M. Renaud a porté plainte auprès du Tribunal administratif du travail.

Un texte de Jean-François Nadeau

Dans le document de la plainte obtenu par Radio-Canada par la Loi sur l'accès à l'information, François Renaud allègue que le nouveau Guide des conditions de travail des cadres et professionnels, adopté par la Ville de Château-Richer en juillet dernier, établit des conditions de travail inacceptables pour lui.

M. Renaud soulève que ces nouvelles dispositions réduisent ses conditions de travail de 25 %.

La Ville a entre autres adopté de nouvelles échelles salariales. Selon François Renaud, elles font en sorte qu'il gagnera désormais le salaire qu'il touchait en 2012. La semaine de travail du directeur général passera aussi de 32,5 heures à 40 heures.

Château-Richer réduit également les congés mobiles du directeur général de 13 à 8 par année. La contribution de Château-Richer à l'assurance collective de François Renaud est coupée de 25 %. La municipalité réduit aussi sa contribution au régime enregistré d'épargne retraite de François Renaud.

Le contrat de travail que François Renaud avait signé avec Château-Richer prévoyait qu'il avait droit à une prime équivalant à trois ans de salaire en cas de congédiement. Cette disposition ne fait plus partie du Guide des conditions de travail des cadres et professionnels.

François Renaud a déposé sa plainte pour congédiement déguisé auprès du Tribunal administratif, en septembre dernier. Il demande que l'employeur cesse d'exercer « des mesures discriminatoires et des représailles » à son égard, verse une pleine compensation des pertes subies et rétablisse ses droits et privilèges.

La Ville de Château-Richer répond que le Guide des conditions de travail des cadres et professionnels n'est pas obligatoire. Toute personne qui a un contrat de travail individuel et qui ne souhaite pas adhérer au document peut choisir de conserver ses conditions de travail actuelles. 

Plus d'articles