La poursuite au procès de Jean-François Roy affirme que l'accusé avait planifié de tuer un chauffeur de taxi, en Beauce, en 2014.

Un texte de Yannick Bergeron

D’entrée de jeu au procès de l’homme de 33 ans, le procureur de la poursuite Me François Godin a expliqué au jury que le débat allait porter sur l’état mental de l’accusé au moment du crime.

Selon Me Godin, la défense écarte elle-même un verdict de non-responsabilité pour cause de troubles mentaux.

Par contre, l’accusé estime avoir commis un homicide involontaire ou un meurtre au deuxième degré, et non pas un meurtre au premier degré comme entend le démontrer la Couronne lors du procès.

La poursuite affirme pourtant que Jean-François Roy a planifié de tuer un chauffeur de taxi. « Pour lui, c’est un test. Ça passe ou ça casse », a lancé au jury Me Godin, en parlant d’un défi que l’accusé s’est lancé à lui-même. S’il ne se faisait pas prendre, c’était un « signe de la vie ».

Retour sur les événements

Jean-François Roy, alors âgé de 29 ans, s’est emparé d’un couteau, de gants et de vêtements de rechange et est allé dans une cabine téléphonique de Saint-Georges afin d’appeler un taxi. Le hasard a voulu que ce soit M. Hygin Veilleux, âgé de 73 ans, qui a répondu à l’appel.

L’accusé s’est fait conduire dans le stationnement d’une quincaillerie de Beauceville. Selon le procureur de la poursuite, toujours par défi, Roy voulait commettre le meurtre là où il y avait des gens.

Arrivé à destination, Jean-François Roy, qui s’était assis derrière le chauffeur, serait passé à l’attaque avec son couteau long d’une trentaine de centimètres.

La victime recevra 11 coups de couteau, dont deux mortels au poumon et au coeur.

30 km avec le cadavre

Selon la poursuite, Jean-François Roy a récupéré l’argent du chauffeur et a conduit le véhicule de taxi jusque chez son fournisseur de drogue dans un rang isolé.

Après s’être approvisionné, il a garé le véhicule à moins d’un demi-kilomètre de son petit logement de Saint-Georges, ignorant que la balise GPS du taxi enregistrait ses déplacements.

Le véhicule sera retrouvé sur la 123e Rue. Le corps du chauffeur gisait sur le plancher du côté passager dans une mare de sang.

Un policier témoigne

Comme premier témoin, la poursuite a fait entendre le policier Dany Côté du service d’identité judiciaire de la Sûreté du Québec.

Il a présenté des photographies de la voiture taxi, du corps de la victime et de l’appartement de l’accusé.

Dans le logement, les policiers ont saisi une lettre dans laquelle Roy explique le meurtre et son éventuel suicide.

Le couteau ayant servi au crime de même que des vêtements tachés de sang ont également été retrouvés.

Le procès s’est amorcé lundi au palais de justice de Saint-Joseph-de-Beauce.avec le choix du du jury. Ce sont huit hommes et quatre femmes qui décideront du sort de l'accusé de 33 ans.

Le procès va se poursuivre mercredi avant de faire relâche jusqu’à lundi.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards