Québec est l'hôte cette fin de semaine de la Rencontre provinciale sur l'arthrite 2015. Une occasion de faire le point sur la recherche et les récents développements pour venir en aide aux malades atteints d'arthrite.

Plus de 4 millions d'adultes canadiens souffrent d'arthrite et ce nombre va augmenter au cours des prochaines années, en raison du vieillissement de la population.

« 56 % des personnes qui en souffrent sont en âge de travailler. Il y a donc un impact vraiment très important pour la société québécoise. C'est la première cause d'invalidité chez les femmes, et la troisième chez les hommes » plaide le directeur général de la Société de l'arthrite, division du Québec, Éric Amar.

La Dre Christiane Laberge, spécialiste de médecine de famille, rappelle que la distinction entre l'arthrite et l'arthrose est importante à faire, et pourrait expliquer que les patients tardent à consulter. « Les gens confondent les choses, un peu comme la grippe et le rhume. [...] L'ostéo-arthrite, qu'on appelle arthrose au Québec, c'est douloureux, mais qui n'est pas destructeur. Alors que l'arthrite, c'est un phénomène de destruction de tes propres tissus. »

Les patients devraient être particulièrement alertes, et consulter rapidement dans le cas d'inflammation accompagnée de rougeur. « Ça prend un mois maximum pour voir un rhumatologue. Durant ce temps-là, tu détruis ton cartilage, donc il faut agir rapidement »,d'ajouter la Dre Laberge.

Recherche primordiale

Le Dr Paul Fortin, professeur de médecine à l'Université Laval, rappelle que le Canada est un chef de file dans la recherche sur la maladie, mais aussi sur la qualité de vie des personnes qui en sont atteintes. « On veut une guérison! Mais on doit faire la part des choses : on ne guérit pas, mais maintenant, grâce à la recherche, on peut bien vivre, avec l'arthrite. »

Plus d'articles

Commentaires