Retour

Comité consultatif sur l'économie : l'absence de représentant de Québec dénoncée

La Chambre de commerce de Québec est déçue de constater qu'aucun entrepreneur de la capitale ne siège au Comité consultatif sur l'économie et l'innovation annoncé mercredi par le premier ministre Philippe Couillard.

« On est un pôle économique important et le fait qu'on n'ait aucun représentant de Québec sur le comité consultatif nous préoccupe un peu! », dit le président de la Chambre de commerce, Alain Aubut.

Le premier ministre a annoncé hier que 27 personnes reconnues dans le milieu des affaires seraient membres de ce comité dirigé par l'ancienne présidente du Mouvement Desjardins, Monique Leroux.

Le comité consultatif doit recommander des initiatives au gouvernement pour stimuler la recherche, la compétitivité et la capacité d'exportation des entreprises québécoises.

Or, la Chambre de commerce déplore l'absence de représentant de la région à ce comité composé en grande majorité de membres de la région de Montréal.

Alain Aubut rappelle au gouvernement que la région de Québec n'est pas seulement une capitale politique, mais un pôle économique majeur.

La Chambre de commerce dit saluer la mise sur pied d'un tel comité pour planifier l'économie du Québec et souhaite que des entrepreneurs de Québec participent à cette « initiative aussi porteuse en matière de développement économique ».

Alain Aubut estime que ce n'est pas le choix de représentants qui manque à Québec, une ville qui compte des entreprises phares dans les secteurs des assurances, de la haute technologie de même que des institutions d'enseignement supérieur, notamment.

« On a des gens en innovation ici, on a des gens qui ont gagné des prix nationaux, internationaux. On a même Entrepreneuriat Laval qui a été l'accélérateur reconnu mondialement et il y a trois universités sur le comité : McGill, Sherbrooke et le HEC, mais Laval n'est pas là. »

La nouvelle fait également réagir la Coalition avenir Québec qui demande au premier ministre de nommer des représentants de Québec.

Dans un communiqué, le député caquiste Éric Caire fait valoir qu'il est « inacceptable que le gouvernement Couillard ait décidé de se passer des conseils et des recommandations des gens d'affaires de Québec ».

Il souligne que la région est essentielle à la relance et à la croissance économique de la province.

Le comité consultatif, qui a un mandat de deux ans, entreprend ses travaux dans trois semaines.

Plus d'articles