Du chocolat au lait, blanc ou noir, toutes les sortes sont à l'honneur durant le congé pascal. Pour le célébrer, les étapes de fabrication sont expliquées de A à Z au Château Frontenac dimanche, aux petits et aux grands.

Cet événement, appelé le « Festival du chocolat », nécessite des semaines de préparation et plus de 250 kilos de chocolat. Au total, 1000 personnes étaient attendues pour le brunch de Pâques organisé dans l'établissement hôtelier.

« On met les équipes là-dessus peut-être six semaines [à l'avance] à faire fondre du chocolat, tout ça [...] C'est six buffets à travers l'hôtel! », indique le directeur culinaire du Château Frontenac, Frédéric Cyr.

Au-delà de son bon goût, le chocolat a aussi une histoire. Cette sucrerie est décortiquée par le chef pâtissier Joël Lahon.

« Expliquer au monde : qu'est-ce qu'on mange? À l'heure actuelle, de quoi se compose le chocolat, que veulent dire les pourcentages, les couleurs, un petit peu démocratiser et vulgariser », explique-t-il.

Les participants ont beaucoup appris. « C'est le fun de voir quand même tous les styles, le sucre, le chocolat, mélanger les deux ensembles, les pourcentages », souligne Jello Villeneuve.

« D’où vient le chocolat? Comment on l’a crée? Les sortes de chocolat. Les goûts, les effets », énumère Sacha Perrin, une autre élève du chef pâtissier.

Le chocolat, une science

Le directeur culinaire du Château Frontenac, Frédéric Cyr, souligne que le chocolat est très complexe. « C'est très très moléculaire », explique-t-il.

« Il y a les températures, tous les gras se liquéfient à un certain point de température, il doit cristalliser à une température qui est beaucoup plus basse », indique-t-il.

Pour la fête du chocolat, tout est fait à l’hôtel. Les moulages, les démoulages, l’assemblage, et aussi la couleur. « C’est comme faire de la sculpture », ajoute le directeur culinaire.

Avec les informations de Camille Simard

Plus d'articles