Retour

Compostage et biométhanisation : un délai accordé aux villes pour se conformer

Radio-Canada a appris que le pacte fiscal proposé par Québec donne trois ans de plus aux municipalités pour se conformer au Programme de traitement des matières organiques.

Un texte de Davide Gentile

Au lieu d'exiger que les usines de compostage ou de biométhanisation soient prêtes le 30 septembre 2019, les municipalités auront jusqu'au 31 décembre 2022 pour compléter les travaux.

Plusieurs villes, dont Québec, semblaient réticentes à se conformer aux échéanciers provinciaux. Le maire Régis Labeaume a d'ailleurs explicitement demandé plus de temps au gouvernement provincial plus tôt cette année. Il souhaitait reporter la date butoir pour amortir l'impact financier.

Le coût de l'usine de biométhanisation de Québec est estimé à 108 millions de dollars, dont 44,5 millions seraient défrayés par la municipalité pour l'usine.

Montréal a annoncé la construction de cinq centres de traitement des matières organiques. Les coûts dans la métropole sont estimés à 237 millions de dollars, dont environ 100 millions seront assumés directement par la Ville.

Par ailleurs, des sources indiquent que le gouvernement va revoir les politiques de décontamination des terrains. Depuis des années, les villes se plaignent des exigences du gouvernement à cet égard et du peu de fonds disponibles pour attaquer ce problème. La décontamination est très souvent un frein aux initiatives de développement des anciennes friches industrielles.

L'Union des municipalités du Québec va soumettre les offres du gouvernement à ses membres demain à Lévis lors d'un vote secret. Quant à la Fédération québécoise des municipalités, elle tiendra un vote par internet lors de son congrès, à compter de jeudi.

Plus d'articles

Commentaires