Retour

Congestion routière : et si les entreprises faisaient partie de la solution?

La construction d'un troisième lien entre Québec et Lévis n'est peut-être pas l'unique remède aux problèmes de congestion routière de la région. Les entreprises qui mettent en place des incitatifs pour favoriser le transport en commun ou le transport actif de leurs employés font aussi partie de la solution, selon le Centre de gestion des déplacements de Québec.

L'organisme, mieux connu sous le nom de Mobili-t, a déjà accompagné une cinquantaine d'entreprises de la Capitale-Nationale dans la mise en place d’un plan de gestion des déplacements. Les incitatifs peuvent être variés : payer une partie ou la totalité du laissez-passer d'autobus, offrir des stationnements aux employés qui font du covoiturage, installer des supports à vélo, etc.

Selon la directrice de Mobili-t, Marie-Hélène Coll, ces mesures incitatives peuvent faire une différence. « Les entreprises détiennent un pouvoir plus grand qu'elles pensent sur ce problème important », dit-elle.

Sans oublier que des avantages fiscaux existent pour les employeurs qui offrent ces incitatifs, rendant leurs coûts à peu près nuls. Pour les employés, le fédéral accorde également un crédit d’impôt de 15 % sur le coût du transport.

Dans la plupart des cas, les entreprises adoptent un plan de gestion des déplacements pour accommoder leurs employés et par principe environnemental.

Des résultats

Chez Desjardins à Lévis, plusieurs de ces mesures ont été mises en place et elles procurent des résultats. À titre d’exemple, 375 employés sont inscrits au programme de covoiturage et ont ainsi accès à des stationnements réservés, tandis que 120 travailleurs qui prennent l'autobus profitent d'un rabais de 20 % sur leur laissez-passer mensuel.

Desjardins offre également un service de navette entre Lévis et Montréal pour éviter que les employés utilisent leur véhicule et se retrouvent dans la circulation. Richard Lacasse, porte-parole pour le Mouvement Desjardins, explique que l'organisation veut ainsi éviter l'auto solo.

Cette navette a été utilisée par 16 000 employés en 2015. Imaginez 16 000 navetteurs solos de moins.

Richard Lacasse, porte-parole pour le Mouvement Desjardins

Le Mouvement Desjardins estime que sur ses 17 000 employés qui travaillent en milieu urbain, environ 7 000 profitent de l'une ou l'autre des mesures du programme mis en place depuis 2010.

Mobili-t estime pour sa part que ce plan pour Desjardins représente 200 voitures de moins par jour sur la route.

Inclure la famille

L'Industrielle Alliance offre elle aussi des avantages à ses employés en matière de transport. Depuis 2013, l'entreprise débourse la moitié des coûts du laissez-passer d'autobus des employés qui en font la demande en plus d’offrir cet avantage aux familles des participants. Plus de 250 employés en bénéficient, ce qui équivaut à un employé sur 10.

« Si on ajoute aussi les membres de la famille, on est à 287 personnes qui profitent de cet incitatif-là », soutient Yanick Morin, rédacteur aux communications chez Industrielle Alliance, qui parle d’un succès.

Pour David Beaulieu, un employé de l’Industrielle Alliance, ce genre d'incitatif a un impact important sur le portefeuille des familles.

Dans un budget familial, ça fait toute une différence d'avoir un coût de transport qui est seulement de 35$ ou 40$ par mois.

David Beaulieu, employé de l’Industrielle Alliance

Une politique de retour garanti assure aussi aux employés un transport en taxi gratuit en cas d'urgence familiale.

Selon Marie-Hélène Coll, ces deux exemples sont la preuve que les employés sont prêts à utiliser d’autres modes de transport que l’automobile si on leur offre des incitatifs.

Plus d'articles