Retour

Cossette veut promouvoir la diversité et combattre les messages haineux

L'agence de communication Cossette veut mieux promouvoir la diversité dans ses rangs et dans les campagnes publicitaires qu'elle propose à ses clients. L'entreprise s'interroge également sur sa responsabilité face à la propagation des messages haineux.

Dans une note interne distribuée aux employés dont Radio-Canada a obtenu copie, le vice-président et directeur général de Cossette au Québec, Louis Duchesne, annonce le début d’une vaste réflexion en vue d'établir des actions permettant de mieux mettre en valeur la diversité.

« En tant que communicateurs, nous avons un rôle à jouer pour représenter de manière plus juste notre société actuelle, que cela passe par une meilleure représentation de la diversité dans les campagnes de publicité, ou tout simplement en s’assurant que tous se sentent que tous se sentent respectés dans les initiatives de communication que nous concevons », écrit Louis Duchesne dans la note interne.

Nous croyons qu'en 2017, la diversité est source de richesse.

Louis Duchesne, vice-président et directeur général de Cossette au Québec

Sans nommer d’entreprise en particulier, il ajoute vouloir sensibiliser les partenaires médias de Cossette à l’importance de mettre en place des politiques « pour encadrer et éliminer les commentaires haineux dans certaines de leurs plateformes ».

« Nous voulons explorer le développement d’outils technologiques qui exercent un contrôle strict des placements publicitaires sur des plateformes qui diffusent du contenu en contradiction avec nos valeurs ou celles de nos clients », explique le dirigeant, qui a décliné les demandes d’entrevues de Radio-Canada.

« On est rendu là »

La consultante, conférencière et auteure en stratégie web et médias sociaux, Michelle Blanc, accueille favorablement la réflexion amorcée au sein de la firme Cossette.

« Je pense qu’on en est rendu là. Je pense qu’il est temps. C’est une réflexion qui s’amorce chez Cossette, mais qui fait aussi son bonhomme de chemin dans les autres agences et même dans la société en générale », explique Mme Blanc.

Elle soutient que les entreprises qui œuvrent dans les secteurs des communications et du marketing au Québec font encore peu de place aux minorités.

« On a encore du chemin à faire et c’est vrai pour les transsexuels, mais c’est vrai aussi pour les minorités issues des différents groupes ethniques, fait-elle remarquer. C’est même aussi vrai pour nos émissions de télévision, nos émissions de radio. »

« Dans l’air du temps »

En entrevue à l’émission Radio-Canada cet après-midi, l’éditeur d’Infopresse, Arnaud Granata, affirme « qu’il est dans l’air du temps » que les entreprises prennent position sur différentes valeurs. Il cite en exemple la compagnie Nike, qui s’est opposée dans une de ses publicités au décret antiimmigration du président américain, Donald Trump.

M. Granata souligne que de nombreuses études ont démontré que les entreprises ou les marques qui ont des valeurs moins progressistes ont tendance à « moins bien performer auprès de leurs consommateurs à long terme ».

« Je trouve qu’il y a quelque chose de très encourageant là-dedans pour nous tous, consommateurs, parce que les marques ne vont pas avoir le choix, à partir de maintenant, d’être beaucoup plus responsables, à la fois dans leurs communications, mais aussi dans leurs actions concrètes », soutient-il.

Avec les informations recueillies par Olivier Lemieux

Plus d'articles

Vidéo du jour


Le plus beau cadeau qu'elle pouvait recevoir





Rabais de la semaine