Le départ de la troisième Course Deuil-Jeunesse, organisée par une jeune fille de 12 ans dont le père est décédé, a eu lieu dimanche au parc Réal-Cloutier à Québec. L'organisme qui vient en aide aux jeunes qui ont perdu un être cher espérait attirer 500 coureurs cette année.

La fondatrice et directrice générale de Deuil-Jeunesse, Josée Masson, assure que l'organisme a besoin de ces activités de financement pour offrir ses services.

« On a besoin de plusieurs par année, dit Mme Masson. Annabelle a eu cette idée-là, et c'est une superbe activité. Le 1000 ou 2000 $ qu'on va recevoir, c'est sûr que ça vient directement en aide aux jeunes. »

Annabelle Guay a perdu son père en 2013. C'est lui qui l'avait initiée à la course, et c'est en sa mémoire que la jeune fille a eu l'idée d'organiser cette course familiale de 5,5 km au profit de Deuil-Jeunesse.

Les jeunes qui profitent des services de Deuil-Jeunesse sont d'ailleurs nombreux à vouloir faire grandir l'organisme, une fois leur deuil terminé.

« C'est magnifique quand nos jeunes reviennent et veulent faire un travail chez Deuil-Jeunesse. [...] Ce que ça me dit finalement, c'est qu'on a été significatifs dans leur vie. C'est un cadeau pour nous », conclut Josée Masson.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine