Retour

Créer de la richesse avec la tordeuse des bourgeons de l'épinette

En 2015, au Québec, plus de 6,3 millions d'hectares de forêt ont été touchés par la tordeuse des bourgeons de l'épinette, soit une superficie presque équivalente à celle du Nouveau-Brunswick. Mais des recherches menées à l'Université Laval font valoir l'autre côté de la médaille : tout le bois ravagé pourrait faire naître une industrie entière, au Québec.

Un texte d'Alexandre Duval

« Dans notre contexte industriel actuel, c'est tout un casse-tête pour les forestiers, indique Évelyne Thiffault, professeure au département des sciences du bois et de la forêt de l'Université Laval. Ils sont pris avec des volumes abondants de bois qu'ils sont supposés aller récolter, mais qu'ils ne peuvent pas transformer. »

Les arbres que la tordeuse des bourgeons de l'épinette parvient à tuer - généralement après au moins cinq années de défoliation - ne sont plus désirables pour l'industrie du sciage, et ils le sont difficilement pour l'industrie des pâtes et papiers. Des quantités importantes de bois sont donc laissées à l'abandon dans les forêts québécoises, chaque année.

Or, les travaux menés par la professeure Thiffault démontrent que les arbres ravagés par la tordeuse acquièrent de nouvelles propriétés chimiques, notamment grâce à l'action des champignons. Ils pourraient ainsi servir à la production de bioénergie.

« Ça ouvre tout un nouveau champ d'utilisation de la fibre qu'on n'imaginait pas avant », explique-t-elle, ajoutant que ses travaux se sont inspirés de la démarche de la Colombie-Britannique, qui a profité du passage d'un autre insecte ravageur, le dendroctone du pin, pour produire de l'énergie.

Les arbres touchés par la tordeuse pourraient aussi servir à fabriquer des granules de bois destinées aux systèmes de chauffage qui fonctionnent à la biomasse.

L'industrie forestière emballée

La Fédération des coopératives forestières du Québec voit d'un bon œil la proposition de la professeure Thiffault. Depuis huit ans, la Fédération essaie justement de faire une place grandissante à la bioénergie, afin que son industrie soit moins vulnérable aux aléas politiques et économiques.

« L'idée de base est venue avec les problèmes de l'industrie, pour chercher un nouveau créneau qui a plus de stabilité, moins influencé par les conflits du bois d'oeuvre ou les cycles de l'industrie de la construction », explique le directeur du développement de la Fédération, Eugène Gagné.

Il explique que les coopératives forestières se rendent déjà dans les peuplements touchés par la tordeuse. Plutôt que de laisser sur place tous les arbres ravagés par cet insecte, les coopératives pourraient simplement les acheminer à des usines de transformation et ainsi engranger des revenus supplémentaires.

Qui plus est, l'épidémie actuelle de tordeuse des bourgeons de l'épinette ne donne pas de signes de ralentissement.

Le chercheur en écologie forestière au Service canadien des forêts, Yan Boulanger, croit que des régions où des arbres sont actuellement défoliés, mais pas encore morts, pourraient voir la situation se dégrader au cours des années à venir.

« Si du moins la défoliation continue d'être aussi sévère entre autres dans le Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie, il y a plusieurs raisons de croire que la mortalité pour s'étendre à ces régions-là d'ici quelques années, très certainement », indique-t-il.

La professeure Thiffault espère maintenant que la volonté politique sera au rendez-vous pour faciliter le démarrage d'entreprises de bioénergie au Québec. « Le futur n'est pas dans 15 ans, le futur est maintenant », lance-t-elle.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine