Retour

Croissance des activités au port de Québec en 2017

Le Port de Québec a enregistré une hausse de ses activités de transbordement de près de 11 % en 2017, une croissance portée notamment par la manutention du minerai de fer, qui a atteint un sommet historique.

Un texte de Louis Gagné

Le poids total des marchandises manutentionnées dans les installations portuaires de Québec s’est élevé à 27,5 millions de tonnes au cours de la dernière année.

Le minerai de fer représente près du tiers des activités de transbordement, avec 8,2 millions de tonnes manutentionnées en 2017.

Selon le président-directeur général de l’Administration portuaire de Québec, Mario Girard, ces résultats démontrent l’importance du port de Québec dans le corridor de commerce du fleuve Saint-Laurent et des Grands Lacs.

« Son positionnement stratégique sur les grandes routes de commerce international avec ses 15 mètres de profondeur d’eau à marée basse et sa pleine intermodalité en font un port de transbordement unique dans l’est du Canada », a souligné M. Girard dans un communiqué.

Année record pour les croisières

Le Port de Québec rapporte également une augmentation au chapitre des visites de navires de croisière. Le cap des 200 000 visiteurs a été franchi pour la première fois en 2017, le port ayant accueilli quelque 201 000 croisiéristes.

Selon l’administration portuaire, les 25 lignes de croisière et les 34 navires différents qui ont fait escale dans la capitale en 2017 constituent des records.

En tout, le port a accueilli 132 escales de navires de lignes de croisière majeures.

L’administration portuaire se félicite par ailleurs des nombreux prix internationaux remportés en 2017, dont celui de la meilleure destination au Canada et aux États-Unis remis dans le cadre des Cruise Critic’s Cruisers Choice Destination Awards.

Qualité de l’air

Le directeur général de Nature Québec apporte un bémol au bilan du Port de Québec. S’il salue l’augmentation du nombre de visiteurs et de navires de croisières, Christian Simard soutient que les activités portuaires ont un impact sur la qualité de l’air.

Il se préoccupe notamment de l’entreposage de vrac solide en plein air, qui est susceptible à son avis de favoriser l’apparition de nouveaux épisodes de poussière rouge, comme ceux qui ont été recensés dans le secteur de Limoilou au cours des dernières années.

« Est-ce que c’est un retour en force de la pollution dans les quartiers urbains? », demande Christian Simard.

Terminal de conteneurs

Le Port de Québec entend poursuivre ses efforts en vue de concrétiser son projet d’agrandissement Beauport 2020. Rappelons que l’administration portuaire a annoncé le mois dernier que les nouvelles installations qu’elle souhaite construire dans la baie de Beauport seraient entièrement dédiées aux conteneurs.

Alors que des intervenants des milieux économique et environnemental soulèvent des doutes sur la pertinence du projet, Mario Girard entend convaincre la population de son bien-fondé, études à l’appui. Le PDG affirme avoir fait ses devoirs et détenir des appuis à l'international.

« Quand on veut un petit peu changer l’ordre établi en affaires, ça crée toujours un peu de résistance, de scepticisme, une préoccupation, c’est normal », indique M. Girard.

Le Port de Québec a l’intention de soumettre son projet à l’Agence canadienne d’évaluation environnementale au printemps. Les travaux d’agrandissement du port sont évalués à 200 millions de dollars.

Avec les informations de Marie Maude Pontbriand

Plus d'articles