Retour

Cuisine de rue : l'Association des restaurateurs plaidera pour un équilibre


« La cohabitation est possible, mais pas à n'importe que prix. » C'est la position que l'Association des restaurateurs du Québec fera valoir dans le cadre des consultations publiques sur le projet pilote sur la cuisine de rue à Québec qui se déroulent aujourd'hui.

Les mémoires de différents intervenants seront défendus devant le groupe de travail formé pour analyser ce projet attendu à l'été 2017.

François Meunier de l'Association des restaurateurs du Québec (ARQ) souligne qu'il serait « inacceptable » de permettre l'implantation de la cuisine de rue à Québec sans l'encadrer. Dans son mémoire, l'ARQ insistera sur la nécessité de limiter le nombre de permis pour éviter une surabondance de l'offre dans un milieu déjà « extrêmement compétitif. »

« Pour nous il y a trois principes : l'équité fiscale, l'équité réglementaire et l'équité commerciale », résume François Meunier. Ce dernier cite en exemple la ville de Montréal où il y a actuellement « 41 permis octroyés pour 1,8 million de population. »

« De notre point de vue, on ne peut pas penser accorder plus d'une dizaine ou une douzaine de permis à Québec au maximum, sans quoi on va fragiliser le secteur et se retrouver avec des problèmes de suroffre. »

François Meunier illustre également qu'un restaurateur qui paie 38 000 $ de taxes par année ne pourrait accepter que quelqu'un en paie « seulement 1000. »

L'Association des restaurateurs insiste aussi sur la nécessité de délimiter des secteurs où la présence de camion restaurant serait souhaitable. Le Vieux-Québec, considéré comme un secteur contingenté, n'en fait pas partie.

L'Association des restaurateurs du Québec croit d'autre part à la nécessité de consulter tous les intervenants dans ce dossier. À ce chapitre, François Meunier considère la démarche de la Ville de Québec comme « exemplaire. »

« On tient compte des inquiétudes légitimes des restaurateurs. On tient compte aussi des inquiétudes légitimes de résidents qui peuvent voir un certain envahissement avec des activités commerciales alimentaires dans leur quartier. »

Deux assemblées publiques se dérouleront aujourd'hui à 13 h 30 et 19h au Centre récréatif Saint-Roch. Le comité présidé par Jean Soulard doit produire des recommandations à la lumière de ses consultations.

Plus d'articles