Retour

Cuisine de rue : les restaurateurs réclament une consultation publique

Les propriétaires de camions de cuisine de rue de Québec demandent à la Ville d'organiser une consultation publique pour mieux cerner l'opinion des citoyens dans le dossier.

Un texte de Charles D’Amboise

« Nous comprenons que les restaurateurs paient des taxes municipales, mais la population aussi. Elle mérite son droit de vote », écrit le regroupement de restaurateurs dans un document remis à la Ville vendredi.

Les propriétaires de camions de rue souhaitent aussi « ramener le mot rue au projet pilote » qui, selon eux, s’apparente davantage à de la « cuisine de parc ».

Selon eux, la présence de camions de rue près de restaurants ne nuira pas à l’achalandage des établissements du secteur.

« Un client voulant manger sur le pouce et un client voulant s’asseoir un bon moment pour recevoir un service n’iront pas au même établissement », écrit le regroupement.

Assouplissements appréciés

Le propriétaire du camion Côtes-à-Côtes, Nicolas Lavigne, salue les assouplissements de la Ville qui permettront aux propriétaires de passer d’un parc à l’autre.

« On est moins coincés. Ça nous donne la dynamique qu’on cherche d’un foodtruck. On cherche quelque chose qui va bouger et qui va aller vers les gens », souligne-t-il.

M. Lavigne espère toutefois que la Ville mettra en place des mesures qui donneront plus de valeur à son permis.

« Il n’y a pas quelque chose qui est possible uniquement pour les camions de rue qui ont passé à travers du processus de sélection de la Ville », dénonce-t-il.

Parmi leurs autres propositions, les restaurateurs demandent à la Ville de créer un événement de lancement de cuisine de rue en mai, afin de lancer la saison et encourager les restaurateurs à participer au projet pilote.

« On est quatre ou cinq joueurs sérieux qui restent sur la table. On souhaiterait en avoir une dizaine et bâtir un projet qui invite les entrepreneurs à se lancer », indique M. Lavigne.

Une rencontre entre la Ville de Québec et le regroupement des restaurateurs est prévue le 21 mars. C’est à ce moment que l’administration municipale fera savoir quelles mesures elle compte adopter pour la prochaine saison de cuisine de rue.

Plus d'articles