Retour

Cure de rajeunissement pour le Manège militaire de Lévis

Le Manège militaire de Lévis aura droit à une cure de rajeunissement. Le ministre fédéral Steven Blaney a annoncé vendredi que le ministère de la Défense allait investir 1,2 million de dollars dans la rénovation du bâtiment, qui héberge, entre autres, le Régiment de la Chaudière de même que le Musée Le Régiment de la Chaudière.

Le montant accordé par Ottawa s'inscrit dans le cadre d'investissements fédéraux de 8,7 millions de dollars pour la réfection des installations de la Défense dans les régions de Québec et de Chaudière-Appalaches.

Le directeur du Musée Le Régiment de la Chaudière, le capitaine Éric Marmen, a tout de même salué les futurs investissements au Manège militaire de Lévis, qui vont grandement améliorer, selon lui, ce joyau de la ville de Lévis.

Une exposition attendue

Par ailleurs, Éric Marmen fonde de grands espoirs dans la nouvelle exposition permanente qui devrait être présentée l'été prochain au Musée Le Régiment de la Chaudière.

« On va installer des objets, des artéfacts, des vitrines, des mannequins et où on va pouvoir retracer l'histoire des Forces canadiennes à partir du Régime français jusqu'en Afghanistan », explique-t-il.

« On va retracer des histoires de héros de guerre du Régiment de la Chaudière qui ont participé à la grande opération du débarquement de Normandie le 6 juin 1944, la seule unité canadienne-française à avoir participé à ce débarquement », ajoute Éric Marmen.

Des objets rarissimes

Parmi les objets qui seront exposés en 2016, ajoute-t-il, les gens pourront voir un exemplaire original du Mein Kampf (Mon combat), l'ouvrage raciste dicté par Adolf Hitler.

« Il est en allemand, cet ouvrage, et je pense que ça vaut la peine de le présenter parce que toute la triste histoire vient de cet ouvrage-là », affirme le directeur du musée.

Les visiteurs pourront aussi voir un grand drapeau arborant le symbole nazi, une pièce unique au Canada, qui avait été offert par Hitler aux usines d'armement allemandes les plus performantes. Comme pour l'exemplaire du Mein Kampf, cette pièce a été léguée par un réserviste.

« Il y a des gens qui sont choqués en voyant des symboles nazis. Ils disent qu'on ne devrait pas exposer des symboles allemands qui correspondent à une période très triste. Ils disent qu'on fait la promotion des tortionnaires. Or, ce n'est pas le cas. On présente un pan d'histoire qui fait partie de l'humanité », soutient Éric Marmen.

Les missions humanitaires des Forces canadiennes seront aussi mises en lumière dans la nouvelle exposition permanente, qui devrait être accessible au public dès l'été prochain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine