Retour

Daniel Gélinas veut faire entrer le Carnaval dans le 21e siècle

Daniel Gélinas débarque au Carnaval avec un objectif bien précis en tête : faire entrer la plus grande fête hivernale au Canada dans la modernité afin d'aller reconquérir le cœur la population de Québec.

Un texte de Louis Gagné

« C’est le public numéro un dont le Carnaval a besoin pour grandir. Dans toutes les organisations où j’ai travaillé, ç’a toujours été le public local qui a été le premier levier. C’est très important », a déclaré le nouveau consultant expert auprès du Carnaval, mercredi, lors d’une conférence de presse.

Daniel Gélinas dit avoir constaté une « décroissance de la fierté » du public de Québec par rapport à sa fête hivernale. Il propose de raviver l’intérêt des citoyens en mettant le Carnaval au « goût du jour ».

« L’objectif, c’est de ramener le wow, c’est de frapper l'imaginaire […] surprendre, étonner et faire plaisir […] pour que le Carnaval remporte un succès unanime », lance l’ex-directeur du Festival d’été de Québec (FEQ).

Plan de match

Daniel Gélinas entend se mettre au travail dès maintenant. Il va réunir une équipe ayant pour mandat de passer au peigne fin l’ensemble de l’organisation.

« On va scanner l’ensemble de cette organisation-là. Il n'y a rien qui va être laissé au hasard, prévient le nouveau consultant. Il n'y a rien qui va être considéré comme des acquis, il n'y a rien qui va être considéré comme quelque chose qui ne doit pas s'en aller parce que ç'a toujours été là. »

L’expert en organisation d’événements espère être en mesure de présenter sa « vision » du Carnaval au printemps prochain, afin qu’elle « s’applique à partir de 2019 ».

Après avoir amené le FEQ à un autre niveau et fait des festivités entourant le 400e anniversaire de Québec une réussite, Daniel Gélinas veut compléter son « tour du chapeau » et appliquer sa recette du succès au Carnaval.

Pas un sauveur

La direction du Carnaval de Québec se réjouit d’avoir pu mettre la main sur Daniel Gélinas.

« Daniel est un expert de l’événementiel, un leader avec une excellente connaissance du milieu local. C’était un choix naturel pour nous », a expliqué le président du conseil d’administration, Alain April.

Il a tenu à préciser que l’arrivée de l’ancien patron du FEQ ne signifie pas que la fête hivernale se porte mal. Il mentionne que la nouvelle équipe de gestion en poste depuis trois ans est parvenue à redresser la situation.

La directrice générale du Carnaval, Mélanie Raymond, abonde dans le même sens. Elle soutient que le succès de la fête d’hiver « n’est pas l’affaire d’un seul homme ou d’une seule femme ».

« Contrairement à d'autres organisations, le Carnaval de Québec, ce n'est pas un one man show. Il est né des citoyens, il a grandi des comités bénévoles qui sont toujours très, très présents dans la fête », a fait valoir Mme Raymond.

« Une très bonne nouvelle »

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a salué la nomination de Daniel Gélinas, un collaborateur de longue date, à titre de consultant.

« Je pense que c'est une très bonne nouvelle pour le Carnaval de Québec. Daniel, au-delà de l'expérience et du succès, c'est un gars très créatif […] et on lui fait entièrement confiance », a-t-il réagi.

À l’instar de Daniel Gélinas, Régis Labeaume croit que le Carnaval doit « redevenir une fête » et miser davantage sur la créativité.

« Il faut que les gens s'amusent là-dedans, ce qu'on n'a pas nécessairement senti dans les dernières années, et je fais confiance à Daniel pour trouver les solutions », a dit le maire.

Plus d'articles

Commentaires